Des hôpitaux en rupture de stock d’oxygène…

Des hôpitaux en rupture de stock d’oxygène…

Des hôpitaux et des centres de santé dans l’aire métropolitaine et dans des villes de province sont en rupture d’oxygène depuis plusieurs jours. La matière première nécessaire à la fabrication de cet élément indispensable aux hôpitaux est bloquée au port de Lafiteau à cause des troubles sociaux. Très sollicité, le responsable de la compagnie GAS Industriel S.A qui fabrique l’oxygène, Bernard Chauvet, demande aux autorités de tout faire afin d’éviter des pertes en vies humaines inutiles

« La demande en oxygène est en nette augmentation ces derniers jours alors que nous n’avons plus de produits en stock », se plaint Bernard Chauvet dans une interview vendredi au Nouvelliste. « Il y a des patients dans les hôpitaux dont des bébés qui ont besoin de l’oxygène, mais malheureusement je ne peux rien faire parce que je n’ai aucun stock », regrette le patron de GAS  Industriel S.A.

La matière première pour fabriquer ce précieux élément se trouve à une heure et demie de son entreprise. Mais à cause des barricades  qui jonchent les routes, Bernard Chauvet ne peut pas aller les chercher. Il a plaidé pour l’établissement d’un couloir humanitaire qui pourrait lui permettre d’aller chercher la matière première au port Lafiteau, puis distribuer l’oxygène dans les centres de santé.

La police nationale est déjà disposée à l’accompagner pour aller récupérer la matière première nécessaire à la fabrication de l’oxygène. Mais en plus de la police, il faudra aussi des engins lourds pour déblayer les routes, a expliqué M. Chauvet.

Actuellement, les hôpitaux La paix, Bernard Mevs, Lespwa…sans compter les centres de santé dans les villes de provinces, sont en rupture de stock d’oxygène. « J’ai 200 bouteilles vides qui attendent le produit », a indiqué Bernard Chauvet.

Une fois la matière première récupérée au port et conduite à la compagnie GAS  Industriel S.A, il faudra aux techniciens seulement une journée pour fabriquer 400 bouteilles d’oxygène, a-t-il dit.

Pour Bernard Chauvet, il n’a aucun problème à mettre l’oxygène gratuitement à la disposition des hôpitaux, mais il faut d’abord qu’il le fabrique.

Autre que l’oxygène, les hôpitaux font face aussi à de sérieuses pénuries en termes d’intrants, de carburant, d’eau et de personnel.

Depuis 9 jours, les principaux axes routiers du pays sont bloqués, le transport en commun, les écoles, les industries, le commerce, l’administration publique… sont paralysés. Au centre-ville de Port-au-Prince comme à Delmas, des individus pillent et brûlent des magasins. L’adresse à la nation du président de la République jeudi soir n’a pas arrangé les choses. Au contraire les propos de Jovenel Moïse ont durci la position de l’opposition qui ne jure que par son départ.

Robenson Geffrard Source Le Nouvelliste

Related posts

Leave a Comment