Du persil dans le vagin pour provoquer les règles, une…

Du persil dans le vagin pour provoquer les règles, une…

Dans un article publié récemment, l’édition anglo-saxonne de Marie Claire a conseillé aux femmes d’insérer du persil dans leur vagin pour faire venir les règles. Un conseil bien évidemment aussi dangereux qu’infondé.

Faut-il le rappeler, le vagin est un orifice autonettoyant dans lequel il est inutile sinon dangereux d’insérer autre chose qu’un doigt, qu’un sextoy conçu à cet effet, un sexe masculin, un lubrifiant ou un ovule vaginal.

Malgré tout, le Net regorge de conseils saugrenus pour venir à bout sans médicament d’unemycosevaginale, d’irritations ou même d’un retard de règles.

Le site anglophone de Marie Claire a ainsi récemment publié un article conseillant aux femmes de manger du persil, ou, mieux, d’insérer du persil dans leur vagin pour provoquer les règles. Bien évidemment, ce conseil basé sur aucun fondement scientifique a provoqué de vives réactions dans la communauté médicale britannique, qui a jugé l’article “irresponsable”.

Supprimé depuis, l’article en question expliquait que le persil était une plante dite “emménagogue”, c’est-à-dire qui aiderait à réguler le cycle menstruel. Si cette affirmation est vraie, et que manger du persil ne peut pas faire de mal, insérer directement le persil dans le vagin est tout sauf une bonne idée.

Contactée par The Independent, la gynécologue obstétricienne Shazia Malik a rappelé qu’il n’existe “aucune preuve d’un quelconque avantage pour la femme, mais qu’un risque significatif de préjudice et de décès a été observé” suite à l’insertion intravaginale de persil. “J’exhorte les femmes à ne rien insérer [dans leur vagin] avant d’avoir pris connaissance de l’avis d’un médecin”, a martelé le Dr Malik. “Il n’y a pas beaucoup de choses qui peuvent aller dans le vagin, et les légumes n’en font clairement pas partie”, a-t-elle ajouté, invitant toute femme se questionnant sur son cycle menstruel à en parler à un gynécologue ou à un médecin généraliste en vue d’une prise en charge adaptée.

Le persil a parfois été présenté comme une plante abortive. Résultat : en août dernier en Argentine, une femme de 34 ans est décédée suite à une infection vaginale due à une tentative d’avortement à domicile, à l’aide de persil dans le vagin. Elle avait contracté une grave infection, qui a fini par se généraliser même après l’ablation de son utérus (hystérectomie).

Source : The Independent

Santé Magazine, le féminin qui fait du bien !