Energie : « Ce qui se fait actuellement n’est pas correct », dénonce Dimitri Vorbe

Energie : « Ce qui se fait actuellement n’est pas correct », dénonce Dimitri Vorbe

Dimitri Vorbe, l’un des patrons de la Sogener, n’a pas caché sa stupéfaction après la publication dans la presse de la décision prise par le gouvernement en Conseil des ministres mercredi de suspendre le paiement des valeurs relatives aux contrats d’énergie électrique signés entre l’État haïtien et les firmes Sogener, E-Power et Haytrac. Sur Magik 9 jeudi matin, il s’est dit « étonné et surpris » de cette décision survenue environ quatre heures après une rencontre avec le ministre de l’Économie et des Finances, celui des Travaux publics Transports et Communication et le directeur général du BMPAD autour du contrat avec l’État haïtien. « C’était une belle rencontre. Le ministre de l’Economie et des Finances me paraissait quelqu’un de très conciliant », a confié Dimitri Vorbe. Ils s’étaient même mis d’accord sur une prochaine rencontre.

« Je ne sais pas ce qui s’est passé aujourd’hui », s’est étonné le patron de la Sogener, soulignant que le ministre s’était montré respectueux des initiatives privées. Est-ce que le ministre parlait en son nom personnel ou au nom du gouvernement ?, se demande l’homme d’affaires. Il annonce que le cabinet de la Sogener va analyser la « légalité » de cette décision prise par un « gouvernement démissionnaire ». En attendant les commentaires des hommes de loi, Dimitri Vorbe reste convaincu que « ce qui se fait actuellement n’est pas correct ». Il souligne qu’il existe dans le contrat une clause « de résiliation anticipée » autorisant l’une ou l’autre partie à mettre un terme prématurément au contrat pour « fautes graves ». Dimitri Vorbe explique aussi que le contrat entre l’État haïtien et la Sogener expirera en 2025. « C’est à partir de cette date que les équipements rentreront dans le patrimoine de l’Etat », a-t-il indiqué.  

Dans le cadre de ce contrat, la Sogener exploite les centrales qui appartenaient déjà à l’État haïtien. « Nous avions remporté un appel d’offres pour l’exploitation de ces centrales électriques. Nous y avons fait un investissement de plus de 80 millions de dollars. Nous devons amortir ces dépenses avant de remettre ces centrales à l’État haïtien », a soutenu Dimitri Vorbe qui ne veut pas faire preuve de “naïveté”. « L’État, a-t-il reconnu, a les capacités de faire n’importe quoi. Mais, jure-t-il, ceux qui agissent au nom de l’État peuvent s’attendre à des poursuites à l’avenir en cas d’abus. »

« Le ministère de la Justice et de la Sécurité publique et celui de l’Economie et des Finances sont instruits, chacun en ce qui le concerne, d’obtenir la mise en mouvement de l’action publique contre tous ceux qui sont coupables de dilapidation de deniers publics dans le cadre de ces contrats, la restitution des montants surfacturés à l’État et la réparation de tous préjudices causés à l’État dans le cadre de l’exécution des contrats de fourniture d’électricité passés entre l’État et les compagnies citées plus haut », a annoncé le secrétaire d’État à la Communication Eddy Jackson Alexis.

Danio Darius Source Le Nouvelliste

Related posts

Leave a Comment