Trump décrète l’urgence nationale pour financer le mur…

Trump décrète l’urgence nationale pour financer le mur…

Cette décision permet au président américain de contourner le Congrès afin de débloquer des fonds pour construire son ouvrage phare contre l’immigration clandestine.

Le président Donald Trump a décrété, vendredi 15 février, l’urgence nationale pour débloquer des financements supplémentaires afin de construire son mur à la frontière avec le Mexique, ouvrant une féroce bataille judiciaire avec ses opposants. « Tout le monde sait que les murs fonctionnent », a martelé M. Trump depuis les jardins de la Maison Blanche, évoquant une « invasion » de migrants en situation illégale.

Cette procédure lui permet théoriquement de contourner le Congrès afin de débloquer des fonds fédéraux – notamment destinés au Pentagone – pour construire son ouvrage phare contre l’immigration clandestine. Elle permettra d’allouer huit milliards de dollars à l’édification du mur, l’une des promesses de son programme.

President @realDonaldTrump signs the Declaration for a National Emergency to address the national security and huma… https://t.co/dHoUdNHDl1— PressSec (@Sarah Sanders)

Un « coup violent à la Constitution »

Les chefs de l’opposition démocrate ont immédiatement dénoncé une initiative anticonstitutionnelle. Ils ont nié l’existence d’une urgence humanitaire ou sécuritaire à la frontière imposant une telle mesure extrême. Ils voient dans cette initiative un abus de pouvoir présidentiel. « La déclaration illégale du président partant d’une crise qui n’existe pas porte un coup violent à notre Constitution et rend l’Amérique moins sûre, en volant dans les financements de la défense dont on a besoin de toute urgence pour la sécurité de nos militaires et de notre nation », ont écrit Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, et Chuck Schumer, chef de la minorité démocrate au Sénat.

L’Etat de New York a d’ores et déjà déclaré qu’il allait lutter contre cette mesure devant les tribunaux. « Heureusement, nous allons gagner », a assuré Donald Trump, affichant une confiance sans doute confortée par les juges conservateurs qu’il a nommés à la Cour suprême, l’instance judiciaire suprême du pays.

Des élus républicains ont également exprimé leur malaise, à l’instar de Marco Rubio. « Aucune crise ne justifie qu’on viole la Constitution », a-t-il tweeté.

Donald Trump, qui a désormais les yeux rivés sur la présidentielle de 2020, espère qu’elle lui permettra, une nouvelle fois, de galvaniser sa base électorale sur la question de l’immigration. Lire aussi 5 choses à savoir sur le mur à la frontière Mexique-Etats-Unis que Trump veut étendre

88,5 km de « nouvelles barrières physiques »

En décembre-janvier, l’opposition entre Trump, qui réclamait 5,7 milliards de dollars pour son projet du mur avec le Mexique, et les démocrates, désormais majoritaires à la Chambre des représentants, qui les lui refusaient, a provoqué la fermeture partielle des administrations fédérales pendant 35 jours, un record dans l’histoire du pays.

Le compromis bipartisan, adopté jeudi par les deux chambres du Congrès, propose de débloquer 1,37 milliard de dollars pour financer la construction de 88,5 km de « nouvelles barrières physiques » à la frontière.

Selon une source proche du dossier, la Maison Blanche a identifié quelque 2,7 milliards de dollars déjà attribués qui pourront être réorientés sur le projet de mur dans le cadre de cette urgence nationale.

Le Monde avec Reuters

Related posts

Leave a Comment