L’usage excessif des réseaux sociaux serait comparable …

L’usage excessif des réseaux sociaux serait comparable …

L’usage excessif des réseaux sociaux serait comparable à la toxicomanie par le fait qu’il entraîne également de mauvaises prises de décision.

La prise de décision est souvent compromise chez les personnes atteintes de troubles liés à l’utilisation de drogues. Elles échouent parfois à tirer les leçons de leurs erreurs et continuent sur la voie des résultats négatifs”, a ainsi constaté Dar Meshi, chercheur au sein de la Michigan State University et auteur d’une étude faisant lelien entre addiction aux réseaux sociaux et toxicomanie.

Mais personne n’avait auparavant examiné ce comportement chez les utilisateurs excessifs de médias sociaux. Nous avons donc étudié ce parallèle possible entre les utilisateurs excessifs de médias sociaux et les toxicomanes. Même si nous n’avons pas recherché la cause d’une mauvaise prise de décision, nous avons testé sa corrélation avec l’utilisation problématique des médias sociaux”, a indiqué le chercheur, dont les travaux sont publiés dans le Journal of Behavioral Addictions.

L’usage excessif des réseaux sociaux serait ainsi similaire à la toxicomanie dans le sens où elle entraîne, in fine, de mauvaises prises de décision.

Les scientifiques américains ont ici suivi 71 participants, chez qui ils ont mesuré la dépendance psychologique à Facebook. Dans une enquête, les auteurs demandaient aux volontaires de détailler leurs préoccupations quant à ce réseau social, leurs sentiments lorsqu’ils ne pouvaient pas l’utiliser, leurs tentatives pour quitter Facebook et l’impact de ce dernier sur leur travail ou leurs études.

Les chercheurs ont ensuite demandé aux participants d’effectuer la “Iowa Gambling task”, un exercice couramment utilisé par les psychologues pour mesurer la prise de décision. Verdict : plus excessive était leur utilisation de Facebook, plus ils faisaient les mauvais choix durant cet exercice. A l’inverse, moins ils utilisaient Facebook, plus ils prenaient les bonnes décisions. Des résultats comparables à ceux observés chez les personnes toxicomanes, qui montrent les mêmes déficits dans la prise de décision.

Environ un tiers des humains de la planète utilisent les médias sociaux et certains d’entre eux affichent un usage excessif et inadapté de ces sites”, a déclaré Dar Meshi. “Nous espérons que nos résultats inciteront le secteur à prendre au sérieux la surutilisation des médias sociaux”, a conclu le chercheur.

Source : Science Daily

Related posts

Leave a Comment