Ronald Décembre : « la rareté du dollar, une des …

Ronald Décembre : « la rareté du dollar, une des …

« 2019 sera une année relativement difficile. Il y aura beaucoup de contraintes, dont celle relative aux difficultés à trouver du dollar pour effectuer certaines transactions, par exemple, l’achat du pétrole. C’est une contrainte majeure », a affirmé le ministre de l’Économie et des Finances, Ronald Décembre, répondant aux questions de l’économiste Kesner Pharel, dans le cadre de l’émission radiophonique et télévisée Grand rendez-vous économique, diffusée sur radio et télé Métropole, le 1er janvier, en termes de perspectives économiques pour l’année 2019.

Le déficit au niveau du solde de la balance des paiements chiffré à 168 millions de dollars est l’un des facteurs évoqués par le ministre Ronald Décembre pour faire comprendre le problème du change et, dans un sens plus large, la rareté du dollar sur le marché local. « Bien que les exportations ont crû de 8,7% et atteint 1,1 milliard de gourdes, elles sont insignifiantes par rapport aux importations qui ont augmenté de 26% par rapport à l’année dernière pour atteindre le niveau de 5,5 milliards de dollars américains », a expliqué le ministre, soulignant le rôle des transferts de devises qui permettent de réduire le déficit de la balance commerciale. Les transferts continuent de grimper et atteignent environ 3,7 milliards de dollars.

Le financement monétaire constitue l’autre facteur avancé par le titulaire du ministère de l’Économie et des Finances pour expliquer le problème du change qui empêche le gouvernement de jouir de la baisse du cours du pétrole sur le marché. « Le prix du gallon s’élève à 324 gourdes suivant la structure du prix de la gazoline, mais à la pompe, il s’obtient au prix de 224 gourdes. Donc, il y a un manque à gagner autour de 100 gourdes. Ce montant ne représente pas dans sa totalité des taxes prélevées sur les produits pétroliers. La moitié de ce montant, soit 50 gourdes, représente une perte pour les compagnies pétrolières », a indiqué le ministre, précisant que la baisse du cours du pétrole sur le marché international ne contribue pas à combler le manque à gagner.

« La chute du cours du pétrole sur le marché international coïncide avec une augmentation du taux de change. Ces deux variables se combinent pour donner les prix à la pompe. Ce qu’on pourrait gagner comme avantage sur la baisse du cours du pétrole sur le marché international, on le perd dans le change », a ajouté M. Décembre, soulignant qu’il est difficile d’appliquer cette baisse du cours du pétrole sur le marché international dans les prix à la pompe puisqu’elle ne compense pas le niveau de manque à gagner.

Par ailleurs, le ministre de l’Économie et des Finances a annoncé qu’il ferait à temps le dépôt du budget 2019-2020. « Nous commençons à dégager des perspectives pour ce budget. Nous sommes en retard par rapport au cycle budgétaire à cause du contexte. Les grandes orientations du budget seront présentées au public. Cependant, j’aimerais que les documents partagés avec les groupes organisés de la société restent confidentiels », a annoncé le grand argentier de la République.

Gerard Jeanty Junior Source Le Nouvelliste

Related posts

Leave a Comment