Russie : l’État veut créer son “propre” Internet, comme…

Russie : l’État veut créer son “propre” Internet, comme…

La Chine a opté pour un Internet contrôlé afin de « protéger » ses citoyens du monde occidental. De ce fait, de grands services comme le moteur de recherche Google ou encore Facebook ne sont pas disponibles pour ne citer qu’eux. Aujourd’hui, on apprend que la Russie voudrait faire la même chose et va dans ce sens en se donnant de plus en plus de pouvoir sur Internet, en faisant passer des lois pour la sécurité de ses citoyens.

Un Internet déconnecté

Après la télévision et la presse, la Russie souhaite mettre la main sur Internet afin de mieux contrôler son territoire et sa population. Comme en Chine, la Russie bloque l’accès à certains sites et services comme Dailymotion, LinkedIn, ou encore la messagerie sécurisée et privée Telegram, mais elle ne compte pas en rester là puisqu’elle souhaite créer un Internet qui lui serait propre afin de ne pas être déconnecté s’il devait y avoir une cyberguerre. Le projet de loi qui va dans ce sens a été voté à 334 voix pour et 47 voix contre, ce mardi. Elle a pour but d’assurer le fonctionnement d’Internet en Russie en cas de cyberattaques ou d’une cyberguerre.

Pour ce faire, l’État va devoir se créer son propre réseau pour se passer des infrastructures étrangères et plus particulièrement celles des États-Unis. La raison qui pousse à cela est la stratégie de Donald Trump en matière de CyberSécurité qui est jugée belliqueuse. De plus, les opérateurs russes devront installer des solutions pour centraliser et contrôler le trafic afin de détecter une quelconque attaque et ce n’est autre que le Roskomnadzor, équivalent de l’ARCEP en France, qui chapeautera le tout. Grâce à ce système, il pourra bloquer directement du contenu interdit en Russie, mais aussi intervenir directement sur le réseau. La Cour des comptes russe voit tout cela d’un mauvais œil, surtout en termes de financement puisque cette opération est estimée à plus de 270 millions d’euros.

Toujours dans un souci de sécurité, d’autres lois mises en place précédemment forcent les entreprises sur le territoire russe à stocker les données des utilisateurs pour une durée de 6 mois et de les laisser en libre accès pour les autorités.

Avec ses lois, la Russie tend à devenir comme la Chine, un pays fermé à l’occident et aux autres pays du monde pour mieux contrôler sa population.

De Mickaël

HITEK

Related posts

Leave a Comment