10 ans après le séisme, le système de santé haïtien …

10 ans après le séisme, le système de santé haïtien …

10 ans après le séisme qui a dévasté Haïti, l’ONG Médecins Sans Frontières (MSF) alerte sur la détérioration actuelle du système de santé haïtien, gravement affecté par la crise politique et économique en cours et qui est désormais « au bord du gouffre ».

MSF souligne que des structures de soins, y compris celles que gère l’ONG, peinent à fournir des services de base en raison de « pénuries de médicaments, d’oxygène, de sang, de carburant et de personnel » alors que les besoins médicaux sont importants.

L’ONG rappelle qu’en 2019, « le Centre de stabilisation d’urgence dans le quartier de Martissant à Port-au-Prince a reçu en moyenne 2,450 patients par mois, dont 10% avec des blessures par balle, des lacérations ou d’autres blessures causées par la violence.

[…] L’hôpital de MSF dans le quartier Drouillard de Port-au-Prince, seule structure de prise en charge dans le pays pour les grands brûlés, a connu un pic d’activité en septembre https://www.haitilibre.com/article-28891-haiti-securite-explosion-de-gaz-aux-cayes-sympathies-et-prise-en-charge-des-victimes.html , lorsqu’il a admis un total de 141 patients souffrant de graves brûlures, principalement causées par des accidents.

[…] À Delmas, où MSF gère un programme pour les victimes de violences sexuelles, le nombre de patients a diminué pendant cette période de violence accrue, tout simplement parce qu’il était devenu trop difficile d’accéder à l’établissement.

[…] Dans les zones rurales, comme Port-à-Piment où MSF soutient les services d’urgence et de santé maternelle, l’effet de la crise sur le système de santé haïtien est aussi évident : l’hôpital de référence et la banque de sang du département du Sud ont fermé en octobre dernier après avoir été pillés, et ils ne sont toujours pas pleinement fonctionnels. Pour organiser le transfert des patients dans un état critique, il faut parfois 5 heures de route pour trouver un hôpital pouvant les accepter.

[…] Au nord du pays où MSF s’apprêtait à ouvrir deux structures de prises en charge pour les victimes de violences sexuelles, les activités n’ont pas pu démarrer à cause du manque de carburants et des difficultés d’accès. »


Devant l’aggravation de cette crise, MSF a mis sur pied de nouveaux projets pour soigner les patients que le système médical haïtien ne peut pas prendre en charge.

En novembre 2019, MSF a rouvert un centre de traumatologie de 50 lits dans le quartier de Tabarre à Port-au-Prince https://www.haitilibre.com/article-29462-haiti-crise-msf-ouvre-un-nouvel-hopital-specialise-dans-les-blessures-graves.html .

L’ONG a également renforcée son aide au Ministère de la Santé par des dons d’équipements et de matériel médicaux, en réhabilitant des structures médicales, en formant le personnel du principal hôpital public de Port-au-Prince, ainsi qu’en soutenant un hôpital à Port-Salut dans le département du Sud et 10 centres de santé dans tout le pays.

HL/ HaïtiLibre

Related posts

Leave a Comment

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.