Jean Garmel Buteau, le champion de Noël Caraïbes

Jean Garmel Buteau, le champion de Noël Caraïbes

Les replays de ses prestations disponibles sur la toile sont assez suffisants pour attester de la maîtrise de la scène de Jean Garmel Buteau, le prodige d’à peine 9 ans qui vient de remporter la toute première édition du concours de chant baptisé « Noël Caraïbes ». Mais, au téléphone, le môme se révèle un grand timide à qui on n’a arraché que la phrase « M santi m kontan » quand on lui a demandé de parler de son succès.

Par conséquent, on s’est plutôt intéressé aux déclarations de son père, François Buteau, qui a lui-même encouragé le deuxième de ses 4 enfants à participer au concours. Le père raconte que son fils affiche depuis ses premières années son attrait pour la chanson. « Depuis le jardin d’enfants, Jean Garmel se révèle une étoile dans sa classe quand il s’agit de chantonner. Tandis qu’il n’était qu’en deuxième année il a été choisi par la direction pour se produire à la graduation de ceux qui étaient en 3e année à l’époque », raconte François Buteau.

Et depuis, pour entretenir la flamme, il poursuit sa passion tant au Collège Notre Dame d’Assomption, de Carrefour où il fait la quatrième année actuellement, qu’à l’Eglise de Dieu de Jérusalem où la famille persévère.

En entendant parler du concours de chant « Noël Caraïbes », le père a vu, selon ses mots, une bonne occasion de tester le niveau de son fils sur un plus grand échiquier. Inutile de souligner que l’enfant ne s’est pas fait prier quand on lui a proposé de l’inscrire.

La chanson « Nwèl se lanmou », qui lui vaut de sortir champion d’une compétition à laquelle pas moins de 220 personnes se sont essayées, porte d’ailleurs ses griffes, celles du papa et du Maestro Johnny comme François le désigne.

Pour la famille, gagner une voiture, rentrer dans la lumière à cause du talent d’un des enfants est sujet de réjouissance, du lancement du concours jusqu’à la finale, et naturellement au-delà.

Mais Jean Garmel ne serait pas allé loin dans le concours si les parents avaient baissé les bras devant les bouchons monstres qui parfois retardaient son arrivée aux différents rendez-vous. François, en tant que croyant convaincu, a interprété cette difficulté comme étant un calvaire important à surmonter avant de parvenir à cet état de béatitude dans lequel baigne la famille depuis le 21 décembre.

À 9 ans, le champion envisage d’embrasser le métier d’ingénieur comme carrière. Il idéalise deux artistes, notre T-Micky bleu et rouge et Jotta, un jeune Brésilien.

Le papa avoue ne voit aucun inconvénient à ce que son fils devienne chanteur. « Si c’est ce qu’il veut, on est prêts à l’accompagner dans cette voie. Toutefois, je souhaiterais qu’il soit un chanteur évangélique ou un artiste qui n’influence que positivement son public », affirme ce dernier.

Chancy Victorin source Ticket