La Chapelle Royale de Milot dévorée par un incendie

La Chapelle Royale de Milot dévorée par un incendie

La Chapelle Royale de Milot, dédiée à l’Immaculée conception, attenante au Palais Sans-Souci, a brûlé dans la nuit de dimanche à lundi. Ce 13 avril 2020, la citadelle du roi Henri est un peu plus seule au cœur du parc historique qui abrite les plus beaux monuments érigés au XIXème siècle par les pères de l’Indépendance nationale.

 

L’église ronde est partie en fumée, 217 ans après sa construction commandée par Henry Christophe au faîte de sa splendeur, sous les yeux étonnés de la population locale et des pompiers qui n’ont pas pu la sauver.

L’incendie, dont l’origine est indéterminée, a détruit le toit et les meubles, dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 Avril 2029, l’église catholique Immaculée Conception de Milot, située en contre-bas du Palais Sans Souci et ayant servi de chapelle royale sous le règne du Roi Henri 1er a mal fini la Pâque.

Selon le curé de la paroisse, le révérend père Alain Prophète, l’incendie aurait éclaté vers 1:30 du matin, lorsque des riverains l’ont informé des faits. “La commune, ne disposant pas de service d’incendie, j’ai fait appel aux autorités locales afin de nous aider à limiter l’extension de l’incendie.”

Parallèlement, les habitants de la ville ont déployé de grands moyens afin de sauver l’église de Dieu et ce patrimoine historique, reconnaît le prêtre. Toutefois, ils ont été impuissants face à l’ampleur de l’incendie.

Appelés en renforts, les sapeurs-pompiers de la mairie du Cap-Haïtien sont arrivés sur les lieux deux heures après avoir été alertés, rapporte le maire titulaire de Milot, Jacques Bernadin. Il faut dire qu’une quinzaine de kilomètres sépare les deux villes.” Ils ont fait de leur mieux pour sauver l’église des flammes… Cependant, le feu a résisté à leurs assauts. “

Si les causes de l’incendie n’ont pas été révélées, à travers les rues de la “Cité Royale”, des Milotiens racontent qu’une folle serait à l’origine de cet incendie dévastateur. Aucun responsable n’a voulu aborder la question estimant qu’ils n’étaient pas présents lors du départ de feu. Jusqu’à lundi soir, l’Institut de Sauvetage du Patrimoine Haïtien (ISPAN) n’a émis aucune note sur ce drame survenu en pleine crise sanitaire du coronavirus.

Selon Jean Patrick Durandis, le directeur général de l’Institut de sauvegarde du patrimoine national (IISPAN), l’église peut être reconstruite rapidement s’il y a de la volonté.

C’est à 4h à l’aube du lundi 13 avril 2020 que Jean Patrick Durandis dit avoir appris la nouvelle. « On m’a dit que le feu a éclaté dans la nuit noire et de concert avec le maire de la ville de Milot, j’ai demandé de fermer l’accès du site », dit-il.

La piste accidentelle est presque à écarter selon lui. Puisque le maire de la ville lui rapporte qu’il n’y avait pas d’électricité. On lui a rapporté qu’il n’y avait ni la pluie ni de ciel gris pour accuser la foudre. « On ne peut pas non plus accuser ceux et celles qui d’habitude vont allumer les bougies pour prier. Puisqu’en général ils le font durant la journée et l’église est fermée la nuit », fait-il remarquer.

La piste criminelle, elle, n’est pas à ignorer ni à être brandie par facilité. Le directeur général de l’ISPAN souligne cependant que le jour d’avant le sinistre, à la citadelle et au bureau de gestion du parc, il y a eu un acte de vandalisme qui n’est pas encore élucidé jusqu’à aujourd’hui. En effet, dans la matinée du dimanche de Pâques, il a été constaté que les verrous et les chaines de ces deux espaces ont été emportés. « Là encore, dit-il, il y a des points d’ombres, l’on est perplexe. Puisque la Citadelle et et le palais Sans-Souci sont fermés, pour être conforme à l’injonction de confinement général du président de la République. »

« Certes, la semaine sainte est un temps fort pour visiter ces monuments mais on a fait en sorte de bloquer l’accès. Il nous paraît inimaginable qu’un contrevenant lamda ait attendu la nuit pour visiter la Citadelle au point d’amener du matériel pour briser les chaines… Des enquêtes on l’espère pourront éclaircir tant de points d’ombre », confie l’architecte.

Le maire de Milot Jacques Bernadin intervenant à l’édition du lundi 13 avril de Panel Magik sur le 100.9 s’est révélé tout aussi prudent quand on le questionnait sur l’origine du feu. « J’ai entendu un bruit et je me suis renseigné en tant que maire sur son origine. Une fois sur les lieux, j’ai retrouvé la population aux abois tentant d’éteindre le feu avec de l’eau. On a établi le contact avec le Cap-Haïtien pour tenter de dépêcher des pompiers. Quand ces derniers sont arrivés, il était trop tard, il ne restait plus rien du toit. Je ne peux point identifier la cause de l’incendie pour le moment » a-t-il fait savoir.

Pour le moment, Jean Patrick Durandis et le bureau de l’ISPAN du Nord sont à l’heure des enquêtes. Plusieurs disciplines sont à pied d’œuvre pour tenter de quantifier les dégâts. Jean Patrick Durandis en appelle solennellement à l’expertise de Gaël Pinson de Pinson S.A pour l’aider à cerner l’origine du feu. 

Pour lui, cette épreuve est dramatique du fait qu’elle survient à l’époque du coronavirus. « L’urgence est à la santé des gens et bien avant cela le patrimoine était considéré comme une entité négligeable, c’est en général une pitance qui est allouée à sa prise en charge » explique-t-il. Mais, il se console de pouvoir compter sur la bonne volonté d’autres passionnés et acteurs de ce secteur. « J’ai été contactés par des personnes qui m’ont précédé à ce poste, des architectes et des professionnels d’autres disciplines ils me proposent d’apporter leur soutien bénévolement à la reconstruction de l’église » ajoute-t-il.

« Ce sera à nous de décider entre le manuel ou la technologie. Reproduire la chapelle à l’identique ne prendra pas beaucoup de temps si on a la volonté, les bras sont là, c’est déjà beaucoup. Ensuite, il nous faut trouver les moyens », lance-t-il en rappelant que la destruction de cette église dédiée à l’Immaculée Conception est une perte incommensurable puisqu’elle est désignée autant que la citadelle et le Palais Sans Souci comme patrimoine de l’Humanité, selon l’Unecso Un aveu bien partagé par d’autres experts en patrimoines, des nordistes et d’autres amants de la belle église.

L’architecte Daniel Elie qui intervenait également à Panel Magik ce lundi rappelle que l’église a été mise à sac à la mort de Christophe, elle est restée longtemps sans dôme après sa destruction par le tremblement de terre de 1842. L’Église catholique aurait ensuite procédée à sa réparation des années plus tard. Le célèbre architecte Albert Mangonès a travaillé dessus dans les années 70 en appelant au chantier de jeunes architectes de l’époque, dont Daniel Elie lui-même. « L’église est incendiée tandis qu’elle était en pleine réparation pour des fuites qui ont été constatée dans le toit qui ne facilitaient point la tenue de messe les jours de pluie notamment », a expliqué Elie avant d’évoquer la perte sans cesse de patrimoines nationaux du bâti en Haïti due notamment au maigres ressources allouées à leur préservation.

L’ingénieur Claude Prépetit dans un papier dans les colonnes du Nouvelliste intitulé « Ce que nous voile l’église de Milot du Roi Henri Christophe » rappelle que le bâtisseur de l’édifice est Joseph Chery Warlock. La construction a été faite entre 1810 et 1813 en parallèle à celle du palais Sans-Souci. 

Chancy Victorin et Gérard Maxineau, le Nouvelliste.

Related posts

Leave a Comment

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.