Le carnaval national de Jacmel : couleurs et masques

Le carnaval national de Jacmel : couleurs et masques

La 26e édition du carnaval national de Jacmel, s’est déroulée, le dimanche 4 février, à l’Avenue Baranquilla, espace mythique du traditionnel défilé de cette fête populaire qui attire chaque année plusieurs milliers de fêtards, a constaté Haiti Press Network.

Venues de partout du pays, y compris de l’étranger de nombreuses personnes ont participé à ce carnaval qui, d’une façon ou d’une autre, a respecté les principaux aspects de cette fête populaire à savoir : les couleurs et les masques. 

La fête a eu bel et bien lieu. A l’Avenue Baranquilla où le décor était planté dès la veille du défilé. Là, se dressaient des stands des deux côtés, sur lesquels les Disques-Jockeys invités faisaient leur numéro de sonorisation de décibels. Dans cette guerre de speakers qui est devenue pratiquement la règle au carnaval, le déploiement de tout un commerce. Les marchandes de fritures et de boissons ont été les plus nombreuses, avons-nous constaté.

Mais au-delà du bruit dérangeant et ahurissant, les déguisements : des masques de toutes sortes fabriqués avec du papier mâché (particularité jacmélienne) ont marqué, comme d’habitude, ce carnaval qui attire toujours depuis quelques années, la curiosité de la grande foule.

Hommes, femmes, jeunes, moins jeunes et vieux, arborent des couleurs vives pour se lancer dans cet exercice de danse sans retenu où le déhanchement se confond parfois avec des gestes malsains. Dans la démence des décibels mêlés au bruit venu de partout et de palabres, les tympans sont mis à mal certes, mais l’ambiance était au rendez-vous.

Une époque où l’économie locale est florissante. Les propriétaires d’hôtel et même des gens disposant de quelques chambres vides dans leur maison ont la part belle. La ville d’Alcibiade de Pommayrac a fait choux gras, du vendredi 2 au lundi 5 février. Jour, où les bambocheurs venant d’autres contrées quittent en quantité la ville de Jacmel qui, constatons-nous, perd énormément de ses attraits d’antan, faute d’anciennes maisons délabrées et non réhabilitées. 

Néanmoins, beaucoup d’observateurs estiment que le carnaval national de Jacmel a perdu aussi de son charme et de ses images depuis des années, à cause de l’empreinte visible de la politique.

Alix Laroche HPN