Produits Pétroliers: Nouvel arrivage de carburant

Produits Pétroliers: Nouvel arrivage de carburant

Il n’y a jamais eu de pénurie de gazoline dans le pays, soutient le directeur général du Bureau de monétisation alors que jusqu’à vendredi 5 janvier la gazoline n’était pas disponible dans la plupart des stations d’essence de l’aire métropolitaine. Fils-Aimé Ignace St-Fleur, le patron du BMPAD qui confirme au Nouvelliste l’arrivée, vendredi, d’une nouvelle cargaison de carburant dans le terminal de Thor, accuse un secteur qui, selon lui, veut faire échouer la Caravane de changement du président de la République.

« Comme je l’avais annoncé, la nouvelle cargaison de carburant est arrivée au pays ce vendredi 5 janvier à 11 heures du matin avec à son bord 250 mille barils de produits pétroliers… », a informé au Nouvelliste vendredi soir le directeur général du Bureau de monétisation. Fils-Aimé Ignace St-Fleur a fait savoir qu’il n’y a pas d’augmentation du prix des produits pétroliers sur le marché local. Il a souligné que s’il devait y avoir une augmentation, cela se ferait, comme d’habitude, de concert avec les secteurs concernés.

Le directeur général du Bureau de monétisation soutient que la commande de carburant a été faite et livrée à temps.

Interrogé sur l’incapacité et le manque d’expérience de la firme Navasco qui aurait remporté l’appel d’offres pour l’importation des produits pétroliers dans le pays, Fils-Aimé Ignace St-Fleur renvoie le journal à la direction commerciale du BMPAD pour les précisions à ce niveau. Cependant, Fils-Aimé Ignace St-Fleur a indiqué que depuis qu’il est arrivé à tête du Bureau de monétisation il a exigé que les appels d’offres soient faits publiquement et en toute transparence au niveau du ministère des Finances. « Je n’ai rien à cacher, rien à gagner ! », a-t-il déclaré.

Il a par ailleurs précisé que si la firme qui a remporté l’appel d’offres n’est pas en mesure de délivrer la marchandise à temps, le gouvernement utilisera le service de la firme arrivée en deuxième position. « Nous ne sommes pas encore là. Nous avons lancé un appel d’offres qui a été remporté, lors même qu’il y avait un petit problème dans la capacité de livraison etc…, la compagnie Sol nous avait dit qu’elle pouvait nous livrer le carburant entre le 5 et le 7 janvier, la cargaison est arrivé le 5 janvier comme on l’avait dit », a-t-il expliqué.

Le DG du BMPAD a en outre insisté sur le fait qu’il n’y avait pas de pénurie de carburant dans le pays et qu’il y a de l’essence sur le marché local pouvant attendre l’arrivée d’une cargaison le dimanche 7 janvier.

Fils-Aimé Ignace St-Fleur a rassuré que la prochaine commande sera encore une fois placée à temps pour éviter possibilité de pénurie de carburant et de panique dans le pays.

Dans cette interview téléphonique accordée vendredi soir au Nouvelliste, le numéro un du BMPAD a insisté pour remercier les compagnies pétrolières et l’Association nationale des distributeurs de produits pétroliers (ANADIPP) qui, selon lui, de façon stratégique, n’avaient pas livré de carburant à la pompe ces derniers jours. « Par mesure de prudence, parce qu’il y avait des appels à la sédition, ils n’ont pas livré de carburant. Mais il y en avait pour alimenter le marché local jusqu’à dimanche… », a-t-il dit à maintes reprises. Des remerciements paradoxaux, dirait-on.

Le directeur général du Bureau de monétisation pointe du doigt un ancien conseiller électoral qui, a-t-il dit, avait depuis le Cap-Haïtien fait des appels à la sédition sur une pénurie de carburant qui n’a jamais existé. Selon lui, la question de pénurie de gazoline dans le pays est orchestrée par un secteur qui veut à affaiblir la Caravane de changement du chef de l’Etat.

Jusqu’à vendredi 5 janvier comme cela a été le cas mercredi et jeudi, Le Nouvelliste a constaté que la gazoline n’était pas disponible dans la plupart des stations d’essence de l’aire métropolitaine. Des automobilistes continuaient à arpenter les pompes à essence en quête de quelques gouttes de gazoline.

Robenson Geffrard source Le Nouvelliste