Quel avenir pour LeBron ?

Quel avenir pour LeBron ?

LeBron James a probablement disputé vendredi son dernier match avec les Cavs, battus 4-0 en finale NBA par les Warriors. Et les prétendants ne manquent pas…

Pour sa huitième finale consécutive, et la neuvième de sa carrière, LeBron James n’a pas réussi à vaincre l’armada des Warriors, les Cavaliers s’inclinant 4-0 après une nouvelle défaite dans leur salle vendredi soir (108-85).

Un match qui était probablement le dernier sous le maillot de Cleveland de celui qui sera agent libre au mois de juillet. Interrogé sur son avenir à l’issue de la rencontre, «King James» a déclaré qu’il n’en avait “aucune idée. Ce que j’ai toujours pris en compte, c’est évidemment ma famille. Surtout avec l’âge qu’ont mes garçons aujourd’hui (11 et 14 ans, ndlr). Ils étaient beaucoup plus jeunes la dernière fois que j’ai dû prendre une telle décision, il y a quatre ans. Ma famille a toujours été extrêmement importante dans mes choix de carrière, et ça va continuer.”

Mais au moment d’évoquer son retour dans l’Ohio, lui qui était parti remporter deux titres à Miami avant d’offrir, en 2016, un sacre historique aux Cavs, menés 3-1 par les Warriors, on a bien senti que l’aventure appartenait désormais au passé: “Au final, je suis revenu parce que je ressentais que j’avais un travail à terminer. Réussir à être champion il y a deux ans avec l’équipe qu’on avait, et la manière dont on l’a fait, restera à jamais gravé dans ma mémoire. Je pense honnêtement qu’on se souviendra tous de ça. Et ça a mis fin à plus de 50 ans sans titre pour Cleveland, ce qui restera dans l’histoire du sport.”

Reste à savoir où il pourrait bien rebondir la saison prochaine. Les Lakers, qui ont la place, financièrement, pour l’accueillir, ainsi qu’une autre star comme Paul George, en rêvent depuis longtemps. Mais s’il possède une maison à Los Angeles, la franchise californienne, après cinq ans sans playoffs, part peut-être de trop loin pour espérer l’attirer. Les Rockets, battus d’un rien par les Warriors en finale de la Conférence Ouest, sont eux aussi candidats, mais avec un effectif particulièrement fourni, le deal paraît compliqué à mettre en place. S’il reste à l’Est, les Sixers, et leur jeunesse triomphante, ont de quoi le tenter, et Joel Embiid essaie, sur Twitter, de le convaincre de venir, tout comme Enes Kanter (Knicks) ou encore Dejounte Murray (Spurs). Et ce n’est sans doute que le début…