Santé

  • Un test détecterait des prédispositions à l’alzheimer … Un test détecterait des prédispositions à l'alzheimer ...

    Un test sanguin mis au point par des chercheurs américains permettrait d’identifier avec une grande précision les patients dont le cerveau présente des risques de développer la maladie d’Alzheimer, et ce, jusqu’à 20 ans avant les premières pertes de mémoire.

    Ce nouveau test pourrait même être encore plus précis que la tomographie par émission de positrons (PET scan) qui est normalement utilisée pour confirmer la présence dans le cerveau de dépôts amyloïdes.

    Ces dépôts commencent à engommer le cerveau jusqu’à deux décennies avant que ne se manifestent les pertes de mémoire et la confusion typiques de la maladie d’Alzheimer.

    Le test développé par les chercheurs de l’Université Washington, à Saint-Louis, mesure les taux d’amyloïdes dans le sang. Lorsque ces taux sont combinés à l’âge du patient et à la présence d’une variante génétique appelée APOE4, le test détecte la présence dans le cerveau de dépôts amyloïdes avec une précision de 94 %.

    Le risque de souffrir de la maladie double tous les cinq ans à partir de l’âge de 65 ans. La variante génétique APOE4 augmente ce risque de trois à cinq fois.

    Le test est si précis qu’il réussit parfois à détecter la présence des dépôts quelques années avant que la tomographie par émission de positrons ne soit en mesure de le faire.

    Ça change énormément de choses. 

    Hélène Girouard, Institut universitaire de gériatrie de Montréal

    La maladie d’Alzheimer est une démence, et quand on dit démence, ça signifie que la personne ne peut plus vaquer à ses responsabilités habituelles, qu’elle n’est plus autonome, et ça veut dire que le cerveau est biologiquement très endommagé, et même avant qu’il y ait des signes cliniques, explique la chercheuse Hélène Girouard, de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal.

    L’impact clinique du test pourrait donc être monumental, puisqu’il pourrait permettre d’identifier très tôt les patients chez qui les dépôts amyloïdes ont commencé à se former afin de tester chez eux des traitements pour ralentir, voire stopper, la progression de la maladie, dit-elle.

    Le cerveau devient un peu comme un fromage Gruyère, il y a plein de trous, et le volume cérébral n’est vraiment plus le même à partir du moment où on reçoit le diagnostic de la maladie d’Alzheimer, ajoute encore la Pre Girouard.

    Donc, il faut vraiment prévenir toute la neurodégénérescence, et ça, ça doit se faire des années avant. 

    Hélène Girouard, Institut universitaire de gériatrie de Montréal

    Actuellement, les patients ne sont traités qu’après l’apparition des symptômes, quand leurs cerveaux sont déjà fortement abîmés.

    Le problème, c’est que les dommages surviennent bien avant l’apparition des signes cliniques.

    Une fois que la maladie est diagnostiquée, tout ce qu’on peut faire, tout ce qu’on peut espérer, avec la technologie qu’on a actuellement, c’est de ralentir sa progression. C’est tout ce qu’on peut espérer. Mais si on traite 20 ans plus tôt, alors là, on peut vraiment espérer une prévention. 

    Hélène Girouard, Institut universitaire de gériatrie de Montréal

    En termes clairs, une personne traitée 20 ans avant l’apparition des premiers symptômes, qui aurait autrement été condamnée à souffrir de la maladie d’Alzheimer, pourrait carrément y échapper.

    C’est beaucoup plus facile, pharmacologiquement, de prévenir 20 ans plus tôt que d’essayer de guérir quelqu’un qui est déjà atteint, estime Hélène Girouard.

    En ce moment, la découverte de biomarqueurs pour la maladie d’Alzheimer fait partie de recherches intensives, justement dans l’objectif qu’on puisse vraiment prévenir, parce qu’une fois que c’est diagnostiqué, c’est beaucoup plus difficile. On est très loin d’avoir la technologie suffisante pour guérir la maladie d’Alzheimer une fois diagnostiquée, conclut la Pre Girouard.

    La Presse Canadienne

    Continue reading → Un test sanguin mis au point par des chercheurs américains permettrait d’identifier avec une grande précision les patients dont le cerveau présente des risques de développer la maladie d’Alzheimer, et ce, jusqu’à 20 ans avant les premières pertes de mémoire. Ce nouveau test pourrait même être encore plus précis que la tomographie par émission de positrons (PET scan) ...
  • Végétarisme et végétalisme augmenteraient le risque d’AVC Végétarisme et végétalisme augmenteraient le risque d’AVC
    Une étude britannique suggère que les régimes végétarien ou végétalien (végan) augmenteraient le risque d’accident vasculaire cérébral. Une association qui va plutôt à l’encontre des autres travaux scientifiques récents sur le sujet.

    Moins de cholestérol, moins de diabète, un indice de masse corporelle plus sain… De nombreuses études récentes mettent en avant les bénéfices pour la santé d’un régime végétarien, ou même simplement flexitarien, où la viande et le poisson se font rares. Le régime végétalien, en revanche, fait moins l’unanimité.

    Menée par une équipe de recherche de l’Université d’Oxford (Royaume-Uni) et publiée dans le BMJ, une nouvelle étude scientifique affirme cependant que si végétariens et végans ont un moindre risque de maladies cardiaques, et notamment coronariennes, ils sont plus à risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) que les mangeurs de viande et de poisson.

    Les chercheurs ont ici analysé les données de santé de 48 188 adultes ayant été recrutés pour une autre étude, entre 1993 et 2001, sans antécédents de crise cardiaque, d’AVC ou d’angine de poitrine. Des renseignements sur le mode de vie, les antécédents médicaux et le régime alimentaire des participants ont été récoltés, ce qui a permis à l’équipe de les classer dans différents groupes : végétariens et végétaliens (16 254 personnes), omnivores (mangeurs de viande et de poisson, 24 428 personnes) et pescatariens (7 506 personnes), qui excluent la viande mais mangent du poisson.

    Un reclassement a été opéré en 2010 en fonction des changements dans le régime alimentaire. L’état de santé des participants a été suivi jusqu’en mars 2016. Durant les 18 ans de suivi, 2 820 cas de maladie coronarienne et 1 072 AVC ont été recensés.

    Résultats : une fois pris en compte les éventuel facteurs de biais (âge, sexe, tabagisme, statut socio-économique), le risque de maladie coronarienne était de 13% plus faible chez les pescatariens que chez les mangeurs de viande. Le risque était de 22% plus faible chez les végétariens et végétaliens. En revanche, végétariens et végans présentaient, selon l’étude, un risque de 20% plus élevé d’avoir un AVC que les mangeurs de viande. 

    Concrètement, cela signifie qu’il y aurait, sur une période de 10 ans, 10 cas de maladie coronarienne de moins chez les végétariens que chez les mangeurs de viande pour 1 000 habitants, et trois cas d’AVC en plus.

    Bien que l’étude ne permette pas d’expliquer ce lien de corrélation, les auteurs estiment que de faibles taux de “bon” cholestérol (HDL) pourraient être en cause chez les végétariens et les végans. Une carence en vitamine B12 est également évoquée, et c’est d’ailleurs pourquoi il est vivement recommandé aux personnes véganes, voire aux personnes végétariennes, de se supplémenter en B12.

    Il est par ailleurs possible que cette association entre végétarisme/végétalisme et AVC soit due au fait que les personnes optant pour ce type de régime ont moins tendance à se voir prescrire des médicaments contre l’hypertension, qui réduisent le risque d’AVC.

    Source : The Guardian

    Santé Magazine, le féminin qui fait du bien !

    Continue reading → Une étude britannique suggère que les régimes végétarien ou végétalien (végan) augmenteraient le risque d’accident vasculaire cérébral. Une association qui va plutôt à l’encontre des autres travaux scientifiques récents sur le sujet. Moins de cholestérol, moins de diabète, un indice de masse corporelle plus sain… De nombreuses études récentes mettent en avant les bénéfices pour la santé ...
  • 12 décès liés aux cigarettes électroniques 12 décès liés aux cigarettes électroniques

    (Washington) Les autorités sanitaires américaines ont annoncé jeudi une hausse du nombre de personnes touchées par les maladies pulmonaires liées au vapotage, avec 12 morts et plus de 800 cas probables ou confirmés.

    Les cigarettes électroniques sont à l’origine d’une épidémie récente aux États-Unis, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).  

    D’après le dernier point des CDC jeudi, 12 personnes sont décédées dans 10 États américains.

    Les autorités évoquent également 805 cas confirmés ou probables de patients souffrant de problèmes pulmonaires liés à la consommation de cigarettes électroniques dans 46 États et un territoire américain.

    AGENCE FRANCE-PRESSE

    Continue reading → (Washington) Les autorités sanitaires américaines ont annoncé jeudi une hausse du nombre de personnes touchées par les maladies pulmonaires liées au vapotage, avec 12 morts et plus de 800 cas probables ou confirmés. Les cigarettes électroniques sont à l’origine d’une épidémie récente aux États-Unis, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).   D’après le ...
  • L’Ebola est maintenant guérissable par un médecin congolais L'Ebola est maintenant guérissable par un médecin congolais

    Quatre médicaments ont récemment été testés sur des patients en République démocratique du Congo, où le virus Ebola a tué près de 1 900 personnes au cours de l’année écoulée.

    «J’ai passé quatre décennies de ma vie à réfléchir au traitement des patients atteints du virus Ebola. C’est donc ce qui a été accompli dans ma vie », a déclaré à la BBC , le Dr Jean-Jacques Muyembe, qui, avec son équipe de chercheurs, a découvert un nouveau traitement contre le virus Ebola qui permet de guérir les symptômes en une heure à peine . 

     

    Il a été découvert que plus de 90% des personnes infectées peuvent survivre si elles sont traitées tôt avec les derniers médicaments expérimentaux.

     

    Mardi, deux personnes guéries du virus Ebola utilisant des médicaments expérimentaux ont été relâchées d’un centre de traitement à Goma, en RD Congo, et ont été réunies avec leurs familles.

    Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), deux autres traitements, appelés ZMapp et Remdesivir, utilisés lors de l’épidémie massive d’Ebola en Sierra Leone, au Libéria et en Guinée, ont été abandonnés au stade des essais cliniques car les nouveaux médicaments expérimentaux étaient plus efficaces.

    L’essai en RDC, qui a débuté en novembre, a maintenant été arrêté et toutes les unités de traitement du virus Ebola ont été invitées à utiliser les deux médicaments expérimentaux ou anticorps monoclonaux.

    «À partir de maintenant, nous ne dirons plus qu’Ebola est incurable», a déclaré le Dr Muyembe, directeur général de l’Institut national de recherche biomédicale du Congo, qui a supervisé le procès. “Ces avancées permettront de sauver des milliers de vies.”

    En RDC, où il y a une épidémie majeure du virus – le deuxième plus important de tous les temps -, le plus grand défi à relever pour contrôler le virus comprend les attaques fréquentes des rebelles et la forte mobilité de la population. Actuellement, la suspicion des autorités et des agences de santé constitue également un facteur entravant les efforts visant à contenir la réponse, selon des experts.

    Muyembe, qui a récemment rejoint les scientifiques pour annoncer les résultats de l’essai, a déclaré qu’une nouvelle cure pourrait changer le cours de cette épidémie.

    «Maintenant, nous pouvons dire que 90% des personnes traitées peuvent guérir d’un traitement, elles vont commencer à le croire et à développer leur confiance», a déclaré l’homme de 77 ans, qui faisait partie de l’équipe qui a découvert Ebola il y a 43 ans. “Les premiers à transmettre cette information seront les patients eux-mêmes.”

    Le Dr Muyembe, qualifié de «véritable héros», combat le virus Ebola depuis son apparition en RDC (à l’époque du Zaïre) en 1976.

    À 34 ans,  Muyembe est le premier virologue à avoir jamais vu un patient atteint du virus Ebola . Depuis, il participe à la lutte contre les neuf épidémies qui frappent son pays. 

    Il a été le premier à utiliser le sérum sanguin des survivants, contenant des anticorps, afin de sauver les patients. Selon le New York Times, les deux traitements expérimentaux qui ont récemment fait leurs preuves sont en partie issus de ses recherches originales .

    Quand on lui a demandé comment il se sentait à ce sujet, il a déclaré: «Je suis un peu sentimental. J’ai eu cette idée il y a longtemps et je l’attendais patiemment. Je suis très heureux et je n’arrive pas à y croire.

    Selon la BBC , les nouveaux médicaments, nommés REGN-EB3 et mAb114, agissent en attaquant le virus Ebola avec des anticorps, en neutralisant son impact sur les cellules humaines.

    “Le médicament mAb114 a été mis au point à l’aide d’anticorps prélevés sur des survivants d’Ebola, tandis que REGN-EB3 provient d’anticorps produits chez des souris infectées par la maladie”, ajoute le rapport.

    Le Dr Anthony Fauci, directeur du NIAID, a déclaré: “Ce sont les” premiers médicaments qui, dans le cadre d’une étude scientifiquement fondée, ont clairement montré une diminution significative de la mortalité. “

    Parmi les patients ayant reçu les deux médicaments expérimentaux de l’étude, 29% sont morts sur REGN-EB3 et 34% sur mAb114. En revanche, 49% des patients sous ZMapp et 53% des patients traités par Remdesivir (les deux traitements antérieurs) sont décédés, selon le NIAID.

    L’agence a ajouté que le taux de survie des patients présentant de faibles taux de virus dans le sang atteignait 94% lorsqu’ils recevaient REGN-EB3 et 89% lorsqu’ils étaient sous mAb114.

    En effet, les résultats indiquent que plus de 90% des personnes peuvent survivre si elles sont traitées tôt, selon l’équipe de scientifiques qui ont participé à l’essai.

    L’équipe espère également que le virus mortel Ebola deviendra bientôt une maladie pouvant être prévenue et traitée.

    Pourquoi Ebola est dangereux

    La maladie à virus Ebola (Ebola) est une maladie grave, souvent mortelle chez l’homme. Il est souvent transmis d’animaux à l’homme, puis d’homme à homme par contact direct avec du sang, des fluides corporels ou des organes infectés, ou indirectement par contact avec des zones contaminées.

    Anciennement connue sous le nom de fièvre hémorragique Ebola, la maladie porte le nom de la rivière Ebola en RDC. Il a été découvert pour la première fois en 1976.

    Selon l’OMS, la période d’incubation de la maladie est comprise entre deux et 21 jours. Certains des premiers symptômes incluent fatigue de la fièvre, douleurs musculaires, maux de tête et mal de gorge. Les autres symptômes sont les vomissements, la diarrhée, les éruptions cutanées, les symptômes d’insuffisance rénale et hépatique et, dans certains cas, les saignements internes et externes.

    Les personnes restent infectieuses tant que leur sang contient le virus qui peut également persister dans différents liquides, notamment les liquides amniotiques et placentaires chez la femme enceinte et le lait maternel chez la femme allaitante au moment de l’infection.

    beeso.fr 

    Continue reading → Quatre médicaments ont récemment été testés sur des patients en République démocratique du Congo, où le virus Ebola a tué près de 1 900 personnes au cours de l’année écoulée. «J’ai passé quatre décennies de ma vie à réfléchir au traitement des patients atteints du virus Ebola. C’est donc ce qui a été accompli dans ma vie ...
  • VIH/SIDA: un antirétroviral capable de diminuer en 3 mois… VIH/SIDA: un antirétroviral capable de diminuer en 3 mois...
    Les centres GESKIO sont maintenant doter d’un nouvel antirétroviral, appelé Dolutégravir ayant la capacité de diminuer la charge virale du syndrome d’immunodéficience acquise dans le corps du patient.

    L’information a été confirmée lundi, par l’un des responsables de GESKIO, le Docteur Patrice Joseph, intervenant sur les ondes de Signal FM.

    Ce nouveau médicament, plus puissant que les anciens, peut faire ce travail dans une courte période ne dépassant pas trois mois, souligne le Dr Joseph qui rappelle qu’au moins 102 000 personnes infectées par le VIH/SIDA sont actuellement sous traitement d’antirétroviraux (ARV) en Haïti, selon les derniers chiffres dont dispose le Ministère de la Santé Publique et de la Population.

    Parallèlement, Patrice Joseph fait état de12 mille patients séropositifs environ qui ne se rendent plus aux centres GESKIO pour continuer avec leur traitement en raison de l’augmentation des actes d’insécurité dans la capitale haïtienne, notamment à la troisième circonscription de Port-au-Prince.

    Les responsables, de concert avec leurs partenaires, étudient la meilleure possibilité pour livrer les médicaments jusque chez les patients si la situation persiste.

     

     Juno7
    Continue reading → Les centres GESKIO sont maintenant doter d’un nouvel antirétroviral, appelé Dolutégravir ayant la capacité de diminuer la charge virale du syndrome d’immunodéficience acquise dans le corps du patient. L’information a été confirmée lundi, par l’un des responsables de GESKIO, le Docteur Patrice Joseph, intervenant sur les ondes de Signal FM. Ce nouveau médicament, plus puissant que les ...
  • Le MSPP lance une campagne de vaccination contre la … Le MSPP lance une campagne de vaccination contre la ...

    Le ministère de la santé publique et de la population (MSPP) annonce le lancement, sur tout le territoire national, d’une campagne de vaccination contre la rougeole allant du 15 au 19 juillet 2019, sous le thème « An n vaksinen timoun yo pou pwoteje lavi yo ! (Vaccinons les enfants afin de protéger leur vie) ».

    Une campagne de vaccination contre la rougeole, le rubéole et la poliomyélite sera lancée en Haïti à partir de ce lundi 15 juillet. Selon un communiqué de presse en date du 9 juillet parvenu à la rédaction (# 10 165), cette campagne vise à vacciner plus d’un million d’enfants qui par la suite recevront de la vitamine “A”.

    Cette décision est survenue après que 1804 cas ont été détectés cette année sur le continent américain notamment au Brésil, aux États-Unis et au Canada. Puisque prévenir vaut mieux que guérir, la ministre de la santé dit croire que l’une des meilleures mesures à prendre pour contrecarrer l’épidémie de la rougeole qui fait rage dans la zone depuis 2017, est la prévention.

    De ce fait, un million 500 mille enfants de 2 à 59 mois recevront des vaccins à travers le pays dans le cadre de cette campagne, selon la ministre Marie Gréta Roy Clément.

    La rougeole est une « maladie respiratoire grave et extrêmement contagieuse touche particulièrement les enfants ». Les risques de sa réintroduire en Haïti sont de plus en plus élevés « à cause de la fréquence des voyages entre Haïti et d’autres États de la région des Amériques », selon la ministre.

    Le MSPP promet par ailleurs que les vaccins de la vitamine A seront disponibles dans les institutions de santé et dans les postes de rassemblement situés dans des endroits stratégiques des villes et localités du pays. Les autorités disent compter sur la collaboration de la population, en particulier les parents et gardiens d’enfants, afin que cette campagne soit une réussite. 

      MARC-EVENS LEBRUN

    Loop Haiti          

    Continue reading → Le ministère de la santé publique et de la population (MSPP) annonce le lancement, sur tout le territoire national, d’une campagne de vaccination contre la rougeole allant du 15 au 19 juillet 2019, sous le thème « An n vaksinen timoun yo pou pwoteje lavi yo ! (Vaccinons les enfants afin de protéger leur vie) ». Une campagne de vaccination contre la rougeole, ...
  • La crise politique haïtienne est dangereuse… La crise politique haïtienne est dangereuse...

    Dans un rapport intitulé « colère et désespoir : la crise en Haïti met la santé de la population en danger », élaboré et publié par Médecins sans frontières / MSF, la crise politique haïtienne est décrite comme un catalyseur de la détérioration de la situation socio-économique.
    Les Haïtiens sont en difficulté en raison de la chute de leur pouvoir d’achat, de la dévaluation de la monnaie, de l’augmentation du prix de l’essence entre autres, peut-on lire dans ce rapport.

    Les responsables de Médecins sans frontières (MSF) ont dénoncé dans un rapport rendu public, le vendredi 5 juillet, les violences ayant marqué les mouvements de protestation massifs organisés en Haïti ces derniers temps pour dénoncer la cherté de la vie.

    MSF rapporte que les violences caractérisant les mouvements de protestions représentaient un danger énorme pour la santé des populations, car au cours du premier trimestre de l’année 2019, MSF a traité 237 patients admis pour des blessures par balles dans son centre d’urgences de Martissant, banlieue de Port-au-Prince. Ce chiffre représente le double des cas enregistrés au cours de la même période de 2018.

    Il est démontré que dans des villes comme Port-au-Prince, Les Cayes ou Gonaïves les violences, dans les manifestations, étaient accrues, car en deux semaines seulement, soit du 9 au 25 juin 2019, 49 personnes étaient victimes par balles et ont été admises au centre de Martissant, dont 9 pour des soins vitaux d’urgence.

    La Cheffe de Mission de MFS en Haïti, Lindis Hurum, a expliqué que la colère, le désespoir et des barricades montées dans les rues et les routes principales ont fait naitre un sentiment d’insécurité aiguë au sein du personnel de MSF qui ont cru, dans l’état actuel des choses, qu’une explosion de violence allait se produire dans le pays.

    « Nos équipes ont fait face à de graves incidents de sécurité ces derniers jours, car le 23 juin, une ambulance MSF transportant une femme enceinte, à l’hôpital a été arrêtée par 20 hommes armés à une barricade. Ils ont menacé l’équipe en pointant leurs armes sur leur visage et les ont forcés à faire demi-tour. Le même jour, un patient qui quittait le centre MSF de Martissant a été abattu devant le portail alors qu’il venait de sortir du bâtiment », a expliqué Lindis Hurum.

    Le MSF a mis l’accent sur la dangerosité du contexte violent et inquiétant des manifestations qui a, non seulement, affecté les équipes de MSF, mais aussi le système de santé haïtien en général. 

    De l’avis de MSF, insuffisamment financées et équipées, souffrant d’un manque de personnel, les structures de santé publique n’ont pas pu répondre aux exigences des nombreuses personnes victimes de cette insécurité ambiante créée par la crise sociale, politique et économique qui sévit au pays. Et, à cela s’ajoute les problèmes de sécurité limitant le transport du personnel de santé, des équipements, du sang ou des médicaments, 

    Pour pallier à cette situation défavorable à la santé des populations, MSF promet de mettre tout en œuvre pour répondre aux besoins actuels et futurs de la population haïtienne, dont l’accès aux soins s’aggrave à cause des violences et des tensions sociales dans le pays.

    Vant Bèf Info (VBI)

    Continue reading → Dans un rapport intitulé « colère et désespoir : la crise en Haïti met la santé de la population en danger », élaboré et publié par Médecins sans frontières / MSF, la crise politique haïtienne est décrite comme un catalyseur de la détérioration de la situation socio-économique.Les Haïtiens sont en difficulté en raison de la ...
  • 6 chirurgiens pédiatriques pour toute la République 6 chirurgiens pédiatriques pour toute la République

    Docteur Marie Sandra Cériné et Docteur Gabriel Steve Pierre, sont les deux nouveaux chirurgiens pédiatriques qui s’ajoutent à la petite liste de ses spécialistes en Haïti passant de quatre à six. Ils ont reçu leur parchemin dans la soirée du samedi 1er juin 2019, au cours d’un cocktail organisé dans un hôtel à Turgeau, Port-au-Prince, par l’hôpital Saint Damien et la Société haïtienne de Pédiatrie.

    Ils viennent de passer trois ans de formation en chirurgie pédiatrique à l’hôpital Saint-Damien/Nos Petits frères et soeurs situé à Tabarre. Leur formation a été rendue possible grâce au support financier de la fondation Francesca Rava, dans le cadre d’un programme de résidence pédiatrique mis sur pied par l’hôpital Saint-Damien/Nos Petits frères et soeurs en coopération avec l’Hôpital Bernard Mevs/Medishare et l’Université Notre Dame d’Haïti.

    Les deux jeunes chirurgiens pédiatriques, Docteur Marie Sandra Cériné et Docteur Gabriel Steve Pierre, ont été certifiés, le samdi 1er juin 2019, lors d’une soirée organisée dans un hôtel de la capitale haïtienne, en présence des membres de leur famille respective, des médecins, des infirmières, des membres de la presse dont Vant Bèf Info (VBI) et d’autres partenaires du secteur médical.

    Avant leur graduation le pays était doté de seulement 4 chirurgiens pédiatriques. Maintenant ce chiffre est passé à 6 et qui s’accroîtra sous peu. Tenant compte de deux autres médecins qui ont débuté leur formation cette année en cette sous spécialisation.

    L’hôpital Saint Damien, la santé des enfants d’abord

    L’hôpital Saint Damien fonctionne en Haïti depuis 1989 et est devenu un centre hospitalier universitaire en 2013, a fait savoir la directrice de santé de ce dit hôpital, le Docteur Jacqueline Gautier lors de son intervention de circonstance. 
    Selon elle, « l’hôpital Saint Damien aide les plus démunis ». En 2018, environ 16,615 enfants ont été reçus en consultation, 3,936 enfants ont été hospitalisés, 1,626 ont bénéficié de chirurgie pédiatrique. Environ 2,689 femmes accouchent par an et 921 enfants atteints de VIH/Sida sont pris en charge, a poursuivi le Dr. Gautier tout en lâchant que :  « La santé des enfants doit nous faire tendre vers l’excellence. »

    La vice-présidente de la Société haïtienne de Pédiatrie (SHP), le Docteur Lucita Laroche s’est pour sa part prononcée sur l’importance des hôpitaux universitaires dans la formation des médecins dans le pays. L’objectif de la SHP est de promouvoir la santé, a-t-elle poursuivi.

    Ouverture du congrès international pédiatrique

    Cette soirée servait aussi de prétexte à l’ouverture du congrès international pédiatrique qui se déroule les 2 et 3 juin 2019, à Port-au-Prince, autour du thème : « l’hôpital universitaire, pilier de la santé optimale de l’enfant ».

    Plusieurs professionnels de la santé en majorité des pédiatres (haïtiens et étrangers) prendront part aux assises dont l’un des objectifs est de présenter la mise à jour, les nouveaux guides, les standards, les avancées dans le domaine pédiatrique à l’échelle nationale et internationale.

    45 conférenciers sont attendus pour ces deux jours d’échanges, de connaissances  et de débats, ont précisé les organisateurs.

    Vant Bèf Info 

    Continue reading → Docteur Marie Sandra Cériné et Docteur Gabriel Steve Pierre, sont les deux nouveaux chirurgiens pédiatriques qui s’ajoutent à la petite liste de ses spécialistes en Haïti passant de quatre à six. Ils ont reçu leur parchemin dans la soirée du samedi 1er juin 2019, au cours d’un cocktail organisé dans un hôtel à Turgeau, Port-au-Prince, ...
  • Le cancer du col de l’utérus et les chiffres qui inquiètent Le cancer du col de l'utérus et les chiffres qui inquiètent

    60% des cas de cancer dépistés par l’institut haïtien d’oncologie, HDO et la société haïtienne d’oncologie, SHONC, sont des cas de cancer du col de l’utérus. Cette statistique a été révélée, jeudi 16 mai à l’occasion du lancement de la 19e campagne annuelle de dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus dans plusieurs départements du pays.

    “Le cancer du col de l’utérus est l’unique cancer qu’on peut aisément éviter, alors qu’il tue beaucoup de femmes en Haiti”, souligne le docteur Jean Cantave de la société haïtienne d’oncologie. A la base de ce constat, selon le cancérologue, un problème d’éducation et de sensibilisation autour de la maladie.

    Sur chaque 100 cas de cancer dépistés par l’IHDO et la SHONC, 60 sont des cas de cancer du col de l’utérus. A ce chiffre s’ajoutent 10% de femmes atteintes de cancer du sein. Quand les femmes sont affectées par des maladies, cela pèse sur l’économie, regrette le docteur Cantave, citant un rapport de l’organisation mondiale du commerce, OMC relative à l’influence des femmes sur l’économie mondiale.

    Cette campagne de dépistage s’inscrit dans la perspective de prévention du cancer chez les femmes, mais aussi d’autres maladies susceptibles de se développer dans leurs corps. Lancée dans plusieurs départements du pays, elle tient lieu entre le 20 et le 26 mai dans le l’Ouest, notamment au local de l’institut haïtien d’oncologie, à la Faculté de médecine et de pharmacie (25 et 26 mai), à l’hôpital Saint Louis, à la rue Camille Léon ( 20 au 24 mai ), Grand-Goave ( 25 mai ) entre autres.

    “ La campagne consiste à ausculter les patientes et aussi les éduquer sur les techniques de pap-test qu’elles doivent appliquer régulièrement après la période de menstruation ou à un moment précis, tous les mois”, indique le spécialiste en oncologie.

    L’institut haïtien d’oncologie HDO et la société haïtienne d’oncologie, SHONC annoncent également une campagne de dépistage du cancer de la prostate dans tout le pays, pour le mois de juin prochain.

    Joel FANFAN

    Continue reading → 60% des cas de cancer dépistés par l’institut haïtien d’oncologie, HDO et la société haïtienne d’oncologie, SHONC, sont des cas de cancer du col de l’utérus. Cette statistique a été révélée, jeudi 16 mai à l’occasion du lancement de la 19e campagne annuelle de dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus dans ...
  • Journée Internationale de l’infirmière célébrée ce dimanche 12 mai Journée Internationale de l’infirmière célébrée ce dimanche 12 mai
    Journée Internationale de l’infirmière célébrée ce dimanche 12 mai
     
    La Journée internationale de l’infirmière est célébrée dans le monde entier le 12 mai,  soit le jour anniversaire de la naissance de Florence Nightingale. Cette dernière est considérée comme la pionnière du métier d’infirmier.
     
    Qui est Florence Nightingale ?
     
    Florence Nightingale a posé les fondements de la profession d’infirmière. Ses récompenses sont nombreuses : elle a été la première personne à définir que chaque patient a des besoins individuels, que le rôle de l’infirmière vise à satisfaire ces besoins et elle a pris en compte les dimensions santé-maladie des soins infirmiers. Elle a fait des soins infirmiers une occupation respectée en établissant une formation, en soulignant l’importance d’une éducation continue, et en distinguant les soins infirmiers de la médecine. Elle est celle qui rebella contre les conventions de son temps et son destin de femme au foyer en choisissant ce métier.
     
    Objectif de la Journée internationale de l’infirmière
     
    Aujourd’hui comme hier, le métier d’infirmier nécessite des qualités d’altruisme et de compassion indéniables. L’objectif de cette journée est de sensibiliser les gens de l’art infirmier, ainsi que d’améliorer les conditions de travail des professionnels.
     
     La République de Maurice compte 4 168 infirmiers enregistrés au Nursing Council.  Et ainsi on célèbre cette journée en mémoire des actes nobles accomplis par les infirmières et infirmiers pour notre société.
     
     
     
    Rising News
    Continue reading → Journée Internationale de l’infirmière célébrée ce dimanche 12 mai   La Journée internationale de l’infirmière est célébrée dans le monde entier le 12 mai,  soit le jour anniversaire de la naissance de Florence Nightingale. Cette dernière est considérée comme la pionnière du métier d’infirmier.   Qui est Florence Nightingale ?   Florence Nightingale a posé les fondements de la profession d’infirmière. ...