Santé

  • L’Ebola est maintenant guérissable par un médecin congolais L'Ebola est maintenant guérissable par un médecin congolais

    Quatre médicaments ont récemment été testés sur des patients en République démocratique du Congo, où le virus Ebola a tué près de 1 900 personnes au cours de l’année écoulée.

    «J’ai passé quatre décennies de ma vie à réfléchir au traitement des patients atteints du virus Ebola. C’est donc ce qui a été accompli dans ma vie », a déclaré à la BBC , le Dr Jean-Jacques Muyembe, qui, avec son équipe de chercheurs, a découvert un nouveau traitement contre le virus Ebola qui permet de guérir les symptômes en une heure à peine . 

     

    Il a été découvert que plus de 90% des personnes infectées peuvent survivre si elles sont traitées tôt avec les derniers médicaments expérimentaux.

     

    Mardi, deux personnes guéries du virus Ebola utilisant des médicaments expérimentaux ont été relâchées d’un centre de traitement à Goma, en RD Congo, et ont été réunies avec leurs familles.

    Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), deux autres traitements, appelés ZMapp et Remdesivir, utilisés lors de l’épidémie massive d’Ebola en Sierra Leone, au Libéria et en Guinée, ont été abandonnés au stade des essais cliniques car les nouveaux médicaments expérimentaux étaient plus efficaces.

    L’essai en RDC, qui a débuté en novembre, a maintenant été arrêté et toutes les unités de traitement du virus Ebola ont été invitées à utiliser les deux médicaments expérimentaux ou anticorps monoclonaux.

    «À partir de maintenant, nous ne dirons plus qu’Ebola est incurable», a déclaré le Dr Muyembe, directeur général de l’Institut national de recherche biomédicale du Congo, qui a supervisé le procès. “Ces avancées permettront de sauver des milliers de vies.”

    En RDC, où il y a une épidémie majeure du virus – le deuxième plus important de tous les temps -, le plus grand défi à relever pour contrôler le virus comprend les attaques fréquentes des rebelles et la forte mobilité de la population. Actuellement, la suspicion des autorités et des agences de santé constitue également un facteur entravant les efforts visant à contenir la réponse, selon des experts.

    Muyembe, qui a récemment rejoint les scientifiques pour annoncer les résultats de l’essai, a déclaré qu’une nouvelle cure pourrait changer le cours de cette épidémie.

    «Maintenant, nous pouvons dire que 90% des personnes traitées peuvent guérir d’un traitement, elles vont commencer à le croire et à développer leur confiance», a déclaré l’homme de 77 ans, qui faisait partie de l’équipe qui a découvert Ebola il y a 43 ans. “Les premiers à transmettre cette information seront les patients eux-mêmes.”

    Le Dr Muyembe, qualifié de «véritable héros», combat le virus Ebola depuis son apparition en RDC (à l’époque du Zaïre) en 1976.

    À 34 ans,  Muyembe est le premier virologue à avoir jamais vu un patient atteint du virus Ebola . Depuis, il participe à la lutte contre les neuf épidémies qui frappent son pays. 

    Il a été le premier à utiliser le sérum sanguin des survivants, contenant des anticorps, afin de sauver les patients. Selon le New York Times, les deux traitements expérimentaux qui ont récemment fait leurs preuves sont en partie issus de ses recherches originales .

    Quand on lui a demandé comment il se sentait à ce sujet, il a déclaré: «Je suis un peu sentimental. J’ai eu cette idée il y a longtemps et je l’attendais patiemment. Je suis très heureux et je n’arrive pas à y croire.

    Selon la BBC , les nouveaux médicaments, nommés REGN-EB3 et mAb114, agissent en attaquant le virus Ebola avec des anticorps, en neutralisant son impact sur les cellules humaines.

    “Le médicament mAb114 a été mis au point à l’aide d’anticorps prélevés sur des survivants d’Ebola, tandis que REGN-EB3 provient d’anticorps produits chez des souris infectées par la maladie”, ajoute le rapport.

    Le Dr Anthony Fauci, directeur du NIAID, a déclaré: “Ce sont les” premiers médicaments qui, dans le cadre d’une étude scientifiquement fondée, ont clairement montré une diminution significative de la mortalité. “

    Parmi les patients ayant reçu les deux médicaments expérimentaux de l’étude, 29% sont morts sur REGN-EB3 et 34% sur mAb114. En revanche, 49% des patients sous ZMapp et 53% des patients traités par Remdesivir (les deux traitements antérieurs) sont décédés, selon le NIAID.

    L’agence a ajouté que le taux de survie des patients présentant de faibles taux de virus dans le sang atteignait 94% lorsqu’ils recevaient REGN-EB3 et 89% lorsqu’ils étaient sous mAb114.

    En effet, les résultats indiquent que plus de 90% des personnes peuvent survivre si elles sont traitées tôt, selon l’équipe de scientifiques qui ont participé à l’essai.

    L’équipe espère également que le virus mortel Ebola deviendra bientôt une maladie pouvant être prévenue et traitée.

    Pourquoi Ebola est dangereux

    La maladie à virus Ebola (Ebola) est une maladie grave, souvent mortelle chez l’homme. Il est souvent transmis d’animaux à l’homme, puis d’homme à homme par contact direct avec du sang, des fluides corporels ou des organes infectés, ou indirectement par contact avec des zones contaminées.

    Anciennement connue sous le nom de fièvre hémorragique Ebola, la maladie porte le nom de la rivière Ebola en RDC. Il a été découvert pour la première fois en 1976.

    Selon l’OMS, la période d’incubation de la maladie est comprise entre deux et 21 jours. Certains des premiers symptômes incluent fatigue de la fièvre, douleurs musculaires, maux de tête et mal de gorge. Les autres symptômes sont les vomissements, la diarrhée, les éruptions cutanées, les symptômes d’insuffisance rénale et hépatique et, dans certains cas, les saignements internes et externes.

    Les personnes restent infectieuses tant que leur sang contient le virus qui peut également persister dans différents liquides, notamment les liquides amniotiques et placentaires chez la femme enceinte et le lait maternel chez la femme allaitante au moment de l’infection.

    beeso.fr 

    Continue reading → Quatre médicaments ont récemment été testés sur des patients en République démocratique du Congo, où le virus Ebola a tué près de 1 900 personnes au cours de l’année écoulée. «J’ai passé quatre décennies de ma vie à réfléchir au traitement des patients atteints du virus Ebola. C’est donc ce qui a été accompli dans ma vie ...
  • VIH/SIDA: un antirétroviral capable de diminuer en 3 mois… VIH/SIDA: un antirétroviral capable de diminuer en 3 mois...
    Les centres GESKIO sont maintenant doter d’un nouvel antirétroviral, appelé Dolutégravir ayant la capacité de diminuer la charge virale du syndrome d’immunodéficience acquise dans le corps du patient.

    L’information a été confirmée lundi, par l’un des responsables de GESKIO, le Docteur Patrice Joseph, intervenant sur les ondes de Signal FM.

    Ce nouveau médicament, plus puissant que les anciens, peut faire ce travail dans une courte période ne dépassant pas trois mois, souligne le Dr Joseph qui rappelle qu’au moins 102 000 personnes infectées par le VIH/SIDA sont actuellement sous traitement d’antirétroviraux (ARV) en Haïti, selon les derniers chiffres dont dispose le Ministère de la Santé Publique et de la Population.

    Parallèlement, Patrice Joseph fait état de12 mille patients séropositifs environ qui ne se rendent plus aux centres GESKIO pour continuer avec leur traitement en raison de l’augmentation des actes d’insécurité dans la capitale haïtienne, notamment à la troisième circonscription de Port-au-Prince.

    Les responsables, de concert avec leurs partenaires, étudient la meilleure possibilité pour livrer les médicaments jusque chez les patients si la situation persiste.

     

     Juno7
    Continue reading → Les centres GESKIO sont maintenant doter d’un nouvel antirétroviral, appelé Dolutégravir ayant la capacité de diminuer la charge virale du syndrome d’immunodéficience acquise dans le corps du patient. L’information a été confirmée lundi, par l’un des responsables de GESKIO, le Docteur Patrice Joseph, intervenant sur les ondes de Signal FM. Ce nouveau médicament, plus puissant que les ...
  • Le MSPP lance une campagne de vaccination contre la … Le MSPP lance une campagne de vaccination contre la ...

    Le ministère de la santé publique et de la population (MSPP) annonce le lancement, sur tout le territoire national, d’une campagne de vaccination contre la rougeole allant du 15 au 19 juillet 2019, sous le thème « An n vaksinen timoun yo pou pwoteje lavi yo ! (Vaccinons les enfants afin de protéger leur vie) ».

    Une campagne de vaccination contre la rougeole, le rubéole et la poliomyélite sera lancée en Haïti à partir de ce lundi 15 juillet. Selon un communiqué de presse en date du 9 juillet parvenu à la rédaction (# 10 165), cette campagne vise à vacciner plus d’un million d’enfants qui par la suite recevront de la vitamine “A”.

    Cette décision est survenue après que 1804 cas ont été détectés cette année sur le continent américain notamment au Brésil, aux États-Unis et au Canada. Puisque prévenir vaut mieux que guérir, la ministre de la santé dit croire que l’une des meilleures mesures à prendre pour contrecarrer l’épidémie de la rougeole qui fait rage dans la zone depuis 2017, est la prévention.

    De ce fait, un million 500 mille enfants de 2 à 59 mois recevront des vaccins à travers le pays dans le cadre de cette campagne, selon la ministre Marie Gréta Roy Clément.

    La rougeole est une « maladie respiratoire grave et extrêmement contagieuse touche particulièrement les enfants ». Les risques de sa réintroduire en Haïti sont de plus en plus élevés « à cause de la fréquence des voyages entre Haïti et d’autres États de la région des Amériques », selon la ministre.

    Le MSPP promet par ailleurs que les vaccins de la vitamine A seront disponibles dans les institutions de santé et dans les postes de rassemblement situés dans des endroits stratégiques des villes et localités du pays. Les autorités disent compter sur la collaboration de la population, en particulier les parents et gardiens d’enfants, afin que cette campagne soit une réussite. 

      MARC-EVENS LEBRUN

    Loop Haiti          

    Continue reading → Le ministère de la santé publique et de la population (MSPP) annonce le lancement, sur tout le territoire national, d’une campagne de vaccination contre la rougeole allant du 15 au 19 juillet 2019, sous le thème « An n vaksinen timoun yo pou pwoteje lavi yo ! (Vaccinons les enfants afin de protéger leur vie) ». Une campagne de vaccination contre la rougeole, ...
  • La crise politique haïtienne est dangereuse… La crise politique haïtienne est dangereuse...

    Dans un rapport intitulé « colère et désespoir : la crise en Haïti met la santé de la population en danger », élaboré et publié par Médecins sans frontières / MSF, la crise politique haïtienne est décrite comme un catalyseur de la détérioration de la situation socio-économique.
    Les Haïtiens sont en difficulté en raison de la chute de leur pouvoir d’achat, de la dévaluation de la monnaie, de l’augmentation du prix de l’essence entre autres, peut-on lire dans ce rapport.

    Les responsables de Médecins sans frontières (MSF) ont dénoncé dans un rapport rendu public, le vendredi 5 juillet, les violences ayant marqué les mouvements de protestation massifs organisés en Haïti ces derniers temps pour dénoncer la cherté de la vie.

    MSF rapporte que les violences caractérisant les mouvements de protestions représentaient un danger énorme pour la santé des populations, car au cours du premier trimestre de l’année 2019, MSF a traité 237 patients admis pour des blessures par balles dans son centre d’urgences de Martissant, banlieue de Port-au-Prince. Ce chiffre représente le double des cas enregistrés au cours de la même période de 2018.

    Il est démontré que dans des villes comme Port-au-Prince, Les Cayes ou Gonaïves les violences, dans les manifestations, étaient accrues, car en deux semaines seulement, soit du 9 au 25 juin 2019, 49 personnes étaient victimes par balles et ont été admises au centre de Martissant, dont 9 pour des soins vitaux d’urgence.

    La Cheffe de Mission de MFS en Haïti, Lindis Hurum, a expliqué que la colère, le désespoir et des barricades montées dans les rues et les routes principales ont fait naitre un sentiment d’insécurité aiguë au sein du personnel de MSF qui ont cru, dans l’état actuel des choses, qu’une explosion de violence allait se produire dans le pays.

    « Nos équipes ont fait face à de graves incidents de sécurité ces derniers jours, car le 23 juin, une ambulance MSF transportant une femme enceinte, à l’hôpital a été arrêtée par 20 hommes armés à une barricade. Ils ont menacé l’équipe en pointant leurs armes sur leur visage et les ont forcés à faire demi-tour. Le même jour, un patient qui quittait le centre MSF de Martissant a été abattu devant le portail alors qu’il venait de sortir du bâtiment », a expliqué Lindis Hurum.

    Le MSF a mis l’accent sur la dangerosité du contexte violent et inquiétant des manifestations qui a, non seulement, affecté les équipes de MSF, mais aussi le système de santé haïtien en général. 

    De l’avis de MSF, insuffisamment financées et équipées, souffrant d’un manque de personnel, les structures de santé publique n’ont pas pu répondre aux exigences des nombreuses personnes victimes de cette insécurité ambiante créée par la crise sociale, politique et économique qui sévit au pays. Et, à cela s’ajoute les problèmes de sécurité limitant le transport du personnel de santé, des équipements, du sang ou des médicaments, 

    Pour pallier à cette situation défavorable à la santé des populations, MSF promet de mettre tout en œuvre pour répondre aux besoins actuels et futurs de la population haïtienne, dont l’accès aux soins s’aggrave à cause des violences et des tensions sociales dans le pays.

    Vant Bèf Info (VBI)

    Continue reading → Dans un rapport intitulé « colère et désespoir : la crise en Haïti met la santé de la population en danger », élaboré et publié par Médecins sans frontières / MSF, la crise politique haïtienne est décrite comme un catalyseur de la détérioration de la situation socio-économique.Les Haïtiens sont en difficulté en raison de la ...
  • 6 chirurgiens pédiatriques pour toute la République 6 chirurgiens pédiatriques pour toute la République

    Docteur Marie Sandra Cériné et Docteur Gabriel Steve Pierre, sont les deux nouveaux chirurgiens pédiatriques qui s’ajoutent à la petite liste de ses spécialistes en Haïti passant de quatre à six. Ils ont reçu leur parchemin dans la soirée du samedi 1er juin 2019, au cours d’un cocktail organisé dans un hôtel à Turgeau, Port-au-Prince, par l’hôpital Saint Damien et la Société haïtienne de Pédiatrie.

    Ils viennent de passer trois ans de formation en chirurgie pédiatrique à l’hôpital Saint-Damien/Nos Petits frères et soeurs situé à Tabarre. Leur formation a été rendue possible grâce au support financier de la fondation Francesca Rava, dans le cadre d’un programme de résidence pédiatrique mis sur pied par l’hôpital Saint-Damien/Nos Petits frères et soeurs en coopération avec l’Hôpital Bernard Mevs/Medishare et l’Université Notre Dame d’Haïti.

    Les deux jeunes chirurgiens pédiatriques, Docteur Marie Sandra Cériné et Docteur Gabriel Steve Pierre, ont été certifiés, le samdi 1er juin 2019, lors d’une soirée organisée dans un hôtel de la capitale haïtienne, en présence des membres de leur famille respective, des médecins, des infirmières, des membres de la presse dont Vant Bèf Info (VBI) et d’autres partenaires du secteur médical.

    Avant leur graduation le pays était doté de seulement 4 chirurgiens pédiatriques. Maintenant ce chiffre est passé à 6 et qui s’accroîtra sous peu. Tenant compte de deux autres médecins qui ont débuté leur formation cette année en cette sous spécialisation.

    L’hôpital Saint Damien, la santé des enfants d’abord

    L’hôpital Saint Damien fonctionne en Haïti depuis 1989 et est devenu un centre hospitalier universitaire en 2013, a fait savoir la directrice de santé de ce dit hôpital, le Docteur Jacqueline Gautier lors de son intervention de circonstance. 
    Selon elle, « l’hôpital Saint Damien aide les plus démunis ». En 2018, environ 16,615 enfants ont été reçus en consultation, 3,936 enfants ont été hospitalisés, 1,626 ont bénéficié de chirurgie pédiatrique. Environ 2,689 femmes accouchent par an et 921 enfants atteints de VIH/Sida sont pris en charge, a poursuivi le Dr. Gautier tout en lâchant que :  « La santé des enfants doit nous faire tendre vers l’excellence. »

    La vice-présidente de la Société haïtienne de Pédiatrie (SHP), le Docteur Lucita Laroche s’est pour sa part prononcée sur l’importance des hôpitaux universitaires dans la formation des médecins dans le pays. L’objectif de la SHP est de promouvoir la santé, a-t-elle poursuivi.

    Ouverture du congrès international pédiatrique

    Cette soirée servait aussi de prétexte à l’ouverture du congrès international pédiatrique qui se déroule les 2 et 3 juin 2019, à Port-au-Prince, autour du thème : « l’hôpital universitaire, pilier de la santé optimale de l’enfant ».

    Plusieurs professionnels de la santé en majorité des pédiatres (haïtiens et étrangers) prendront part aux assises dont l’un des objectifs est de présenter la mise à jour, les nouveaux guides, les standards, les avancées dans le domaine pédiatrique à l’échelle nationale et internationale.

    45 conférenciers sont attendus pour ces deux jours d’échanges, de connaissances  et de débats, ont précisé les organisateurs.

    Vant Bèf Info 

    Continue reading → Docteur Marie Sandra Cériné et Docteur Gabriel Steve Pierre, sont les deux nouveaux chirurgiens pédiatriques qui s’ajoutent à la petite liste de ses spécialistes en Haïti passant de quatre à six. Ils ont reçu leur parchemin dans la soirée du samedi 1er juin 2019, au cours d’un cocktail organisé dans un hôtel à Turgeau, Port-au-Prince, ...
  • Le cancer du col de l’utérus et les chiffres qui inquiètent Le cancer du col de l'utérus et les chiffres qui inquiètent

    60% des cas de cancer dépistés par l’institut haïtien d’oncologie, HDO et la société haïtienne d’oncologie, SHONC, sont des cas de cancer du col de l’utérus. Cette statistique a été révélée, jeudi 16 mai à l’occasion du lancement de la 19e campagne annuelle de dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus dans plusieurs départements du pays.

    “Le cancer du col de l’utérus est l’unique cancer qu’on peut aisément éviter, alors qu’il tue beaucoup de femmes en Haiti”, souligne le docteur Jean Cantave de la société haïtienne d’oncologie. A la base de ce constat, selon le cancérologue, un problème d’éducation et de sensibilisation autour de la maladie.

    Sur chaque 100 cas de cancer dépistés par l’IHDO et la SHONC, 60 sont des cas de cancer du col de l’utérus. A ce chiffre s’ajoutent 10% de femmes atteintes de cancer du sein. Quand les femmes sont affectées par des maladies, cela pèse sur l’économie, regrette le docteur Cantave, citant un rapport de l’organisation mondiale du commerce, OMC relative à l’influence des femmes sur l’économie mondiale.

    Cette campagne de dépistage s’inscrit dans la perspective de prévention du cancer chez les femmes, mais aussi d’autres maladies susceptibles de se développer dans leurs corps. Lancée dans plusieurs départements du pays, elle tient lieu entre le 20 et le 26 mai dans le l’Ouest, notamment au local de l’institut haïtien d’oncologie, à la Faculté de médecine et de pharmacie (25 et 26 mai), à l’hôpital Saint Louis, à la rue Camille Léon ( 20 au 24 mai ), Grand-Goave ( 25 mai ) entre autres.

    “ La campagne consiste à ausculter les patientes et aussi les éduquer sur les techniques de pap-test qu’elles doivent appliquer régulièrement après la période de menstruation ou à un moment précis, tous les mois”, indique le spécialiste en oncologie.

    L’institut haïtien d’oncologie HDO et la société haïtienne d’oncologie, SHONC annoncent également une campagne de dépistage du cancer de la prostate dans tout le pays, pour le mois de juin prochain.

    Joel FANFAN

    Continue reading → 60% des cas de cancer dépistés par l’institut haïtien d’oncologie, HDO et la société haïtienne d’oncologie, SHONC, sont des cas de cancer du col de l’utérus. Cette statistique a été révélée, jeudi 16 mai à l’occasion du lancement de la 19e campagne annuelle de dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus dans ...
  • Journée Internationale de l’infirmière célébrée ce dimanche 12 mai Journée Internationale de l’infirmière célébrée ce dimanche 12 mai
    Journée Internationale de l’infirmière célébrée ce dimanche 12 mai
     
    La Journée internationale de l’infirmière est célébrée dans le monde entier le 12 mai,  soit le jour anniversaire de la naissance de Florence Nightingale. Cette dernière est considérée comme la pionnière du métier d’infirmier.
     
    Qui est Florence Nightingale ?
     
    Florence Nightingale a posé les fondements de la profession d’infirmière. Ses récompenses sont nombreuses : elle a été la première personne à définir que chaque patient a des besoins individuels, que le rôle de l’infirmière vise à satisfaire ces besoins et elle a pris en compte les dimensions santé-maladie des soins infirmiers. Elle a fait des soins infirmiers une occupation respectée en établissant une formation, en soulignant l’importance d’une éducation continue, et en distinguant les soins infirmiers de la médecine. Elle est celle qui rebella contre les conventions de son temps et son destin de femme au foyer en choisissant ce métier.
     
    Objectif de la Journée internationale de l’infirmière
     
    Aujourd’hui comme hier, le métier d’infirmier nécessite des qualités d’altruisme et de compassion indéniables. L’objectif de cette journée est de sensibiliser les gens de l’art infirmier, ainsi que d’améliorer les conditions de travail des professionnels.
     
     La République de Maurice compte 4 168 infirmiers enregistrés au Nursing Council.  Et ainsi on célèbre cette journée en mémoire des actes nobles accomplis par les infirmières et infirmiers pour notre société.
     
     
     
    Rising News
    Continue reading → Journée Internationale de l’infirmière célébrée ce dimanche 12 mai   La Journée internationale de l’infirmière est célébrée dans le monde entier le 12 mai,  soit le jour anniversaire de la naissance de Florence Nightingale. Cette dernière est considérée comme la pionnière du métier d’infirmier.   Qui est Florence Nightingale ?   Florence Nightingale a posé les fondements de la profession d’infirmière. ...
  • Crise d’asthme et laryngite : les bons réflexes Crise d’asthme et laryngite : les bons réflexes

    L’asthme et la laryngite peuvent provoquer une insuffisance respiratoire. Quelle qu’en soit la cause, il faut réagir rapidement.

    Environ 5 % des adultes entre 20 et 45 ans et près de 10 % des jeunes scolarisés souffrent d’asthme. Aujourd’hui, le nombre de patients augmente avec la pollution, le stress, les allergènes…

    Le danger réside dans le fait que beaucoup d’asthmatiques s’ignorent ou vivent avec un asthme mal équilibré, sous-estimant la gravité de leurs symptômes.

     

    La laryngite est fréquente chez les enfants entre dix-huit mois et cinq ans.

    Quels sont les signes ?

    1. La crise d’asthme

    Il s’agit d’une gêne respiratoire à l’expiration s’accompagnant de sifflements, survenant souvent le soir ou la nuit. La personne est généralement angoissée et agitée. Elle peut avoir aussi des difficultés à parler et une toux sèche.

    La personne peut également présenter des signes d’épuisement, devenir somnolente voire même perdre conscience ou, pire, avoir un arrêt cardiaque.

    2. La laryngite aiguë

    L’inflammation du larynx (qui prolonge la trachée) se manifeste souvent la nuit par une gêne respiratoire à l’inspiration, avec une toux rauque comparable à un petit chien qui aboie. La respiration est rapide et superficielle. Lors de l’examen clinique, le médecin constate, sur le thorax, une difficulté à respirer (un “tirage”).

    Comment prévenir les crises ?

    – Tout asthmatique doit être suivi régulièrement par son médecin traitant et toujours avoir sur lui les médicaments prescrits. Il doit prendre son traitement sérieusement et mesurer fréquemment son souffle pour contrôler l’évolution de sa maladie.

    De même, une personne asthmatique doit s’échauffer correctement avant le sport, repérer les signes annonçant une crise, éviter les allergènes…

    – Les personnes sujettes aux laryngites ne doivent pas hésiter à consulter pour toutes affections virales…

    C’est une urgence

    Composez le 116 (MSPP/Haiti), le 911 (Etats-Unis), le 15 (Samu), le 18 (pompiers) ou le 112 (numéro d’urgence européen à faire d’un portable) si :

    – La crise d’asthme dure plus de dix minutes malgré la prise de médicaments bronchodilatateurs.

    – L’essoufflement s’aggrave et la personne a du mal à parler.

    – Sa peau prend une coloration bleue ou la personne a des sueurs.

    – La laryngite présente des signes de gravité avec une inspiration lente et difficile, un tirage au-dessus du sternum et un bruit inspiratoire de tonalité grave.

    Ce qu’il faut faire

    Dans tous les cas, mettez la personne dans la position où elle se sent le mieux, généralement en position assise ou semi-assise, et rassurez-la. Desserrez aussi ses vêtements pour faciliter sa respiration.

    – En cas d’asthme :
    Conseillez-lui de respirer lentement et profondément. Demandez-lui si elle prend habituellement des médicaments et, dans l’affirmative, donnez-les lui.

    – En cas de laryngite :
    Restez calme, maintenez l’enfant assis et rassurez-le pour éviter que l’angoisse n’augmente ses symptômes.

    Humidifiez l’air, soit à l’aide d’une casserole d’eau chaude, soit grâce à un humidificateur électrique. Vous pouvez aussi installer l’enfant dans la salle de bains et faire couler de l’eau chaude dans la baignoire, portes et fenêtres bien fermées.

    Ce qu’il ne faut pas faire

    Allonger un malade qui présente une crise d’asthme ou une laryngite.

     

    Santé Magazine, le féminin qui fait du bien !

     

    Continue reading → L’asthme et la laryngite peuvent provoquer une insuffisance respiratoire. Quelle qu’en soit la cause, il faut réagir rapidement. Environ 5 % des adultes entre 20 et 45 ans et près de 10 % des jeunes scolarisés souffrent d’asthme. Aujourd’hui, le nombre de patients augmente avec la pollution, le stress, les allergènes… Le danger réside dans le fait ...
  • Les douleurs liées à l’accouchement Les douleurs liées à l’accouchement

    Anmweyyyy… Jeziiiii… Doulè a rèd… Sa k te voye m la ? Mwen p ap janm fè pitit ankò… Voici les mots que nous entendons souvent quand nous assistons une femme qui est sur le point de donner naissance à un petit ange. Ces mots que nous regrettons tout de suite quand ce nouveau-né se retrouve dans nos bras ne sont pas dits méchamment. Ils témoignent tout simplement de la douleur liée à l’enfantement. E, nou mèt kwè m, li pa dous. Si nous mettons de côté le fait que Dieu a dit « femme, tu enfanteras avec douleur », il serait bien dans cet article que je vous explique en quoi consiste ces douleurs, ce qui les provoque, ce qui les exacerbe, et bien sûr, comment les faire disparaître ou plutôt les atténuer sans risque.

    POURQUOI CA FAIT MAL ?

    La démarche pour vous expliquer comment fonctionne le processus de la douleur serait bien trop longue et très compliquée. Je serai donc brève en vous disant que la douleur est une impression anormale physique ou psychique reçue par le cerveau. Cette expérience douloureuse peut être sensorielle, émotionnelle ou les deux en même temps.

    Il est important de savoir que chacun de nous a un seuil de tolérance à la douleur. Une écharde dans la paume d’une main peut être indolore pour Éveline, supportable pour Maude et atroce pour Jean au point d’en avoir les larmes aux yeux. Quand nous parlons d’accouchement, les ressentis sont différents aussi d’une femme à une autre. Une chose est certaine, c’est que ça fait mal et c’est normal.

    Voilà pourquoi. QU’EST-CE QUI FAIT MAL ?

    Dans l’accouchement, les muscles ou les organes affectés sont l’utérus, le bassin, le périnée, le vagin et la vulve. Parfois nous pouvons aussi considérer l’anus.

    1. Contraction utérine et dilatation du col Tout au long de la grossesse, le muscle utérin grossit et l’abdomen aussi. Le jour J, ce muscle, pour se défaire du bébé, se contracte par intermittence jusqu’à provoquer l’expulsion du tout petit par le vagin. S’il est vrai que le vagin est élastique, il est aussi vrai que tout organe a un niveau d’élasticité. Et une grosse tête, lors de son passage dans la vulve, peut provoquer une déchirure (wi, elastik la ka pete!).

    2. Épisiotomie et épisiorraphie Au niveau du périnée, jambes écartés, vous avez la vulve, légèrement plus bas, pas trop loin, l’orifice du vagin et à moins de 2 travers de doigt, l’orifice anal. La proximité qui existe entre ces deux orifices provoque dans près de 90% des accouchements par voie basse une déchirure allant d’un orifice à l’autre. Ce qui est pour le futur de la patiente, une catastrophe.

    Pour éviter cela, l’obstétricien pratique donc ce qu’on appelle une épisiotomie qui consiste en une petite incision diagonale pour faciliter le passage du bébé sans déchirure. L’épisiorraphie est la reconstruction des muscles du périnée incisé lors de l’épisiotomie.

    Que nous parlons de déchirure, d’épisiotomie ou d’épisiorraphie… Tout se doulè. Mais saviez-vous que les facteurs causant cette douleur ne sont pas que mécaniques ?

    QUELS SONT LES FACTEURS QUI PEUVENT AUGMENTER LA DOULEUR ? Nous n’en citerons que quelques-uns. Cette liste n’est pas exhaustive :

    – Stress – Non accompagnement de la famille – Non compliance de la parturiente – Grossesse non désirée – Fatigue – Peur – Expériences passées mauvaises – Histoire personnelle

    QUE PEUT-ON FAIRE POUR ATTENUER LA DOULEUR ?

    – Respirer – Sécurité affective – Atmosphère serein – Sauter sur un gros ballon – Accoucher dans l’eau – Anesthésie locorégionale. Maintenant, vous le savez : les douleurs liées à l’accouchement sont normales, mais il est tout aussi normal d’essayer de vous les éviter, sinon de réduire leur intensité. Et, croyez-moi, ça vaut la peine.

    Dr Cynthia Jean-Louis

    Village Santé

    Le Nouvelliste

    Continue reading → Anmweyyyy… Jeziiiii… Doulè a rèd… Sa k te voye m la ? Mwen p ap janm fè pitit ankò… Voici les mots que nous entendons souvent quand nous assistons une femme qui est sur le point de donner naissance à un petit ange. Ces mots que nous regrettons tout de suite quand ce nouveau-né se ...
  • Semaine mondiale de la vaccination 2019 Semaine mondiale de la vaccination 2019

    Protégés ensemble : les vaccins, ça marche !

    La Semaine mondiale de la vaccination – célébrée la dernière semaine d’avril – vise à promouvoir l’utilisation des vaccins pour protéger de la maladie les personnes de tout âge. La vaccination permet de sauver des millions de vies chaque année et est largement reconnue comme l’une des interventions sanitaires les plus efficaces et les moins coûteuses au monde. Pourtant, on compte encore aujourd’hui dans le monde près de 20 millions d’enfants qui ne sont pas vaccinés ou le sont insuffisamment.

    Le thème de cette année est Protégés ensemble : les vaccins, ça marche ! et la campagne mettra à l’honneur des héros de la vaccination du monde entier – parents et membres de la communauté mais aussi agents de santé et innovateurs – qui veillent à ce que nous soyons tous protégés par le pouvoir des vaccins.

    Des progrès importants mais fragiles

    2017 a enregistré un nombre record d’enfants vaccinés : 116,2 millions. Depuis 2010, 113 pays ont introduit de nouveaux vaccins, et plus de 20 millions d’enfants supplémentaires ont été vaccinés. 

    Cependant, en dépit de ces avancées, la progression vers toutes les cibles fixées pour l’élimination de maladies telles que la rougeole, la rubéole, et le tétanos maternel et néonatal, a pris du retard. Au cours de ces deux dernières années, on a pu constater dans le monde de multiples flambées de rougeole, de diphtérie et de plusieurs autres maladies à prévention vaccinale. La plupart des enfants non vaccinés sont ceux qui vivent dans les communautés les plus pauvres, marginalisées et en proie à des conflits.

    Pour que chacun, où qu’il vive, puisse survivre et s’épanouir, les pays doivent intensifier leurs efforts afin que tout le monde profite des bienfaits vitaux des vaccins. En outre, les pays qui ont déjà atteint ces objectifs ou ont progressé en ce sens doivent œuvrer pour pérenniser ces acquis.

    Objectifs de la campagne 2019

    Le principal objectif de la campagne est de mieux sensibiliser l’opinion publique à l’importance vitale de la vaccination complète tout au long de la vie.

    Dans le cadre de la campagne 2019, l’OMS et ses partenaires visent à : 

    • démontrer la valeur des vaccins pour la santé des enfants, les communautés et le monde ; 
    • mettre en lumière la nécessité de faire fond sur les progrès accomplis en matière de vaccination pour combler les lacunes, y compris au moyen d’un investissement accru ; 
    • montrer que la vaccination systématique constitue le fondement de systèmes de santé solides et résilients et de la couverture sanitaire universelle.

    Pourquoi la vaccination est-elle importante? 

    Pour atteindre les objectifs de développement durable, réduire la pauvreté et instaurer la couverture sanitaire universelle, il est indispensable d’élargir l’accès à la vaccination. La vaccination systématique offre l’occasion d’un contact avec le système de soins dès le début de la vie et donne à chaque enfant la possibilité d’être en bonne santé dès le plus jeune âge et jusqu’à un âge avancé.

    La vaccination est aussi une stratégie fondamentale pour réaliser d’autres priorités sanitaires, comme la lutte contre l’hépatite virale ou contre la résistance aux antimicrobiens, la création d’un espace dédié à la santé des adolescents ou encore l’amélioration des soins prénatals et néonatals. 

    Messages clés

    Nous avons besoin de tous les héros, où qu’ils soient, pour atteindre les enfants qui n’ont toujours pas accès aux vaccins. Ceux-ci sont encore 1 sur 10 aujourd’hui.À tout âge, les vaccins sauvent des vies. Ils protègent nos enfants et nous protègent aussi, les adultes.Les vaccins sauvent des vies, ils signifient un avenir meilleur pour nos enfants et nos petits-enfants.Nous pouvons faire en sorte que les vaccins atteignent ceux qui en ont le plus besoin. Vous aussi, vous pouvez devenir un héros de la vaccination.

    • Veillez à ce que vous et votre famille soyez vaccinés à temps, toujours.
    • Vous voyagez ? Informez-vous avant de partir – veillez à ce que les vaccins de votre famille soient à jour.
    • Défendez la vaccination – Parlez à d’autres personnes des bienfaits de la vaccination. Les vaccins permettent de sauver des vies, d’aider les enfants à apprendre et grandir, et de prévenir des maladies et des incapacités graves.
    • Sachez ce qu’il en est. Tout vaccin homologué pour vous ou votre famille a été rigoureusement testé et fait l’objet d’un suivi régulier pour garantir son innocuité et son efficacité.
    • Agents de santé : toute visite de contrôle est l’occasion de vérifier les vaccinations pour ✓ les enfants, ✓ les jeunes, ✓ les adultes, ✓ les personnes âgées.
    Continue reading → Protégés ensemble : les vaccins, ça marche ! La Semaine mondiale de la vaccination – célébrée la dernière semaine d’avril – vise à promouvoir l’utilisation des vaccins pour protéger de la maladie les personnes de tout âge. La vaccination permet de sauver des millions de vies chaque année et est largement reconnue comme l’une des interventions sanitaires les ...